Cant d'pocageus

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher
Cant d'pocageus o cant d’chés ténébeus


Ch’judi éd Pake ( Judi saint), chés clokes parte’te à Rome pou troés jours.

Ch’mérkérdi soèr o déteinne chés 15 luminèrs édvant chl’auté din l’églisse. Echl’office i s’términe din chés ténébes.


Ches éfants alloaitte din chés rues pi chés éroèles dech vilache pou annoncher chés offices. Chés ténébeus is écalètette.

Aveuc chés instrumints d’musique is faisoaitte grand baroufe.

A cascune moéson, chés galibiers foaitette l’quète in cantant pou avoèr un u, eune chucate o eune tiote pièche.


Chés cants[éditer | modifier le wikitexte]

ech érfran :

L’angélus du matan qui sonne !
O Filii et Filiae,
Rex coelestis, Rex gloriae,
Morte surrexit hodie,
Alleluia !
In picard:
O Fius pi Filles,
Ch’roé dech ciu, roé glorieu,
Il o surmonté del mort innhui,
Alleluia !


pi édvant chés moésons il y avoait chés cants d’porte in porte pou avoèr chés us :

Chés gins mettez l’man à vo poque.
Bayez des us gros conme no bourdon.
Acoutez donc ch’qu’ale vos dit l’cloque
Pèr sin jouéyeu berlindindon.
Tous chés sonneux
Ch’est des gobeux.
Ch’confitebor
Godaille coèr pus fort.
Un jour varo
Qu’o les peindro.
Alleluia !

O bin coèr :

Ech maristèr
O mis s’lévite
Pou n’poin porter
Del’ ieu bénite.
Un jour varo
Qu’o les peindro.
Alleluia !

etc …

Chés instrumints[éditer | modifier le wikitexte]

  • Batlé , Ékatèle , Kartèle , Routèle , batt’let , bat'let, batelet, batelets, baklé,
Ékatèle
  • maillets pi mart’lets,
  • tort’relles


Ninoche (Éstrait)[éditer | modifier le wikitexte]

Din s’léginde in vers (1910), Édouard David i pérle d’ chés ténébreux din ech onzième cant:

D’pus jeudi, chés cloqu’s sont à Ronme
Por y querre d’s us plein leus grons,
Et chés cloquers, dormant leu sonme,
Sont muets conm’ des poturons.
Aussi, vu qu’i gno point d’école,
Drès l’ matan, chés goss’s, déjouqués,
Conm’ des pigeons qu’o met à l’ vole,
Sont déjo da l’ ru’ tous carqués,
Les eins ployant sous leus cartelles
Ou portant maillets et mart’lets,
Les eut’s agitant leus tort’relles
Ou foisant torner leus batt’lets.
[ … ]
Raspel.jpg

Notes pi référinches[éditer | modifier le wikitexte]

  • G. Lefeuvre, Les chants de quêtes en Picardie, din Terre Picarde n°21 p 48 - 52 (1988)
  • Édouard David , Ninoche, (1910) , nouvèle Publicachon : 1987 , (94 paches),

Editeu : Societe de linguistique picarde o Musée éd Picardie, (1987) p 58 - 65