Ech Catelin éd Couci

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher

Ech Catelin éd Couci (in frinsé Le Châtelain de Coucy o bin Le Chastelain de Couci ) ch'est un trouvoère picard du XIIe sièke.

Il o té actif d'1135 à 1203.

Il o foait eune vintainne d'canchons in linque d'ouïl.

O pinse éq ch'trouvère lo ch'est Guy éd Tourotte, catelin d'Coucy d' 1186 à 1203.

Ele a mon cuer, que jà n'en quier oster,
Et sai de voir qu'il n'i trait se mal non.
Or le doinst Dex à droit port ariver :
Car il s'est mis en mer sans aviron.


ène canchon à ch'catelin d'Couci
BNF - Date d'édition : ~ 1201-1300
canchon Ahi ! Amors, com dure départie
ichi début éd la canchon Commencement de douce seson bele..
éstrait Ahi, Amors ! Com dure départie
[...]
Dex est assis en son saint héritage
Or i parra com cil le secorront
Que il geta de la prison hombrage
Quant il fust mis en la croiz que Turc ont.
[...]

Lisse des teskes[éditer | modifier le wikitexte]

Un manuscrit éd l'anchien fonds du roé (no 7222) in cite douse[1] :

  • Je chantasse volentiers liement
  • Combien que longue demeure
  • A vous, amanz, plus qu'à nul autre gent
  • Merci clamans de mon fol errement
  • Li noviaus tens et mais et violete, une Chanson de croisade[2]
  • L'an que rose, ne fueille
  • Mout m'est bele la douce commençante
  • La douce voiz du louseignol sauvage
  • Quand voi venir le bel tans et la flour
  • Quant li estez et la douce saisons
  • A la douçour dou tans qui raverdoie
  • En aventure commens

Ech manuscrit du fonds d' Paulmy (no 63) y ajoute[3] :

  • Ahi ! Amors, com dure départie
  • Commencement de douce seson bele
  • Mult ai esté longuement esbahis
  • Nouvele amor où j'ai mis mon penser
  • Par quel forfet et par quelle acheson (attribuée auchi à Roger d'Andely)
  • Quant li rosignol jolis
  • Tant ne me sais dementer ne conplaindre
  • S'onques nus hons pour dure départie
  • Bele dame me prie de chanter

Ech manuscrit du fonds éd la reine d'Suède (bibliothèque du Vatican) in cite neuf, dont deus poin citées eute pèrt[4] :

  • Fine amour et boine esperance
  • Bien cuidai vivre sans amour

mais attribue S'onques nus hons pour dure départie à Uges éd Bresy et pi Ahi ! Amors, com dure départie à Quenes éd Bietune.

Un eute manuscrit éd l'anchien fonds du roé (no 7613) li attribue d'eutes teskes[5] :

  • Belle dame bien aprisse
  • Li plusour ont d'amours chanté (attribuée étou à Gace Brulé)
  • Autre que je ne seul faz mon chant (attribuée étou à Monseigneur Gautier de Dargies)
  • Si j'ai esté lonc temps hors du païs (attribuée étou à Gautier de Dargies o bin à Gace Brulé)
  • Quand la saison du dous temps s'aséure (attribuée étou au Vidame éd Chartres)

L' canchon Li noviaus tens et mais et violete, citée dins granmint d' manuscrits aveuc la mélodie et pi particulièremint étudiée pèr Christopher Callahan[2], ale est dins Le Roman de la Rose d' Jean Renart (vv. 923-930), et pi auchi Quant la sesons del douz tens s'asseure (vv. 4127-4133), mais o n'sais pon si ch'étôt écrit pèr Catelin éd Couci.

Notes pi référinches[éditer | modifier le wikitexte]

  1. Francisque Michel 1830, p. 7-8
  2. 2,0 et 2,1 (en) Guillaume de Dole the Trouvere Manuscript Tradition|auteur=Christopher Callahan
  3. Francisque Michel 1830, p. 9-10
  4. Francisque Michel 1830, p. 15
  5. Francisque Michel 1830, p. 116
  • Chansons attribuées au Chastelain de Couci (fin du XII° - début du XIII° siècle), Alain Lerons (éd), PUF, Paris (1964)
  • La musique en Picardie : du XIVe au XVIIe siècle / sous la direction de Camilla Cavicchi, Marie-Alexis Colin et Philippe Vendrix, Brepols, (2012).
  • Laborde, Mémoires historiques sur Raoul de Coucy, Impr. de Ph.-D. Pierres (1781) books.google.fr
  • Francisque Michel, Chansons du châtelain de Coucy, Impr. de Crapelet, 1830, 191 p. [lire en ligne] 
  • Jakemes, L'histoire du châtelain de Coucy et de la dame de Fayel, Crapelet, 1829, 427 p. [lire en ligne] 
  • Jakemes, Le roman du Castelain de Couci et de la Dame de Fayel, Société des anciens textes français, 1936 , Édition établie à l'aide des notes de John E. Matzke par Maurice Delbouille.
  • Peigné-Delacourt, Note sur le Châtelain de Coucy et sur la Dame de Fayel, Duval et Herment, 1854, 16 p. [lire en ligne] 

Loïens intarnètes[éditer | modifier le wikitexte]