Berlicoqué

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lindi

Un souér, à l' cinse, in intènne : Toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai pon frouo, j' vnais seulemint os deminder si vos poviez warder ch't'épi d'blè lo, qu' j'ai dins min so, dusqu'à d'min.
— Mais bin seur, Berlicoqué, mettez-le lò édseur l'étagére, et pi vos r'viendrez l' prinde édmin.

Et Berlicoqué i sort sin épi d'blè ed sin so, l'pose dseur l'étagére, et pis i ch'in vo.


Mardi

El lendemin : toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, je n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder l'épi d'blè qu' j' vos ai donné hier souér à warder.
— Ah, mon pauvre Berlicoqué, figurez vous que ch'matin, quand in o ouvert l' porte, un-n'[1] glenn[2] est intrée, al o sauté dseur l'étagére et pi a importé vote épi.
— Ooh, vote glenn a importé min épi d'blè ? Eh bin, j'vos importer vote glenn.

Et Berlicoqué sort dins l' cour, attrape chol glenn, l' met dins sin sac, jette sin so édseur sin dos et pis i ch'in vo, in disant :

– D'un épi d'blè, j'ai yu un-n' glenn.

  • Et au vèpe, dins un-n' eute cinse, toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, j' n'ai pon frouo, éj vnais seulemint vos deminder si vos poviez warder chol glenn, qu' j'ai lò dins min so, dusqu'à d'min.
— Mais bin seur, Berlicoqué, mettez-la dins l' pouilleu aveuc les notes, et pi vos rviendrez l' prinde édmin.

Et Berlicoqué sort dins la cour, i vo au pouilleu, ouve sin sac, et in sort chol glenn, qu'il met dins l' pouilleu, et pis i ch'in vo.


Mérkérdi

El lendemin : toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, je n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder chol glenn qu' j' vos ai donnée hier souor ò warder.
— Ah, min pauffe Berlicoqué, figurez vos éq ch'matin, quind in a ouvert l' pouilleu, un couéchon il a mordu vote glenn, et al est morte.
— Ooh, vote couéchon a tué m'glenn ? Eh bin, j' vos importer vote couéchon.

Et Berlicoqué sort dins la cour, attrape l' couéchon, l' met dins sin so, jette sin so dseur sin dos et pis i ch'in vo, in disant :

– D'un épi de blé, j'ai yu un-n' glenn,
– D'un-n' glenn, j'ai yu un couéchon.

  • Et au vèpe, dins un-n' eute cinse, toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder si vos poviez warder ch'couéchon, qu' j'ai lò dins min so, dusqu'à d'min.
— Mais bin seur, Berlicoqué, mettez-le dins la soue aveuc les notes, et pi vos érviendrez l' prinde édmin.

Et Berlicoqué sort dins la cour, vo à la soue, ouve sin so, et in sort ch' couéchon, qu'i met dins la soue, et pis i ch'in vo.


Judi

El lendemin : toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder ch' couéchon qu' j' vos ai donné hier souor à warder.
— Ah, min pauffe Berlicoqué, figurez vous qu' ch'matin, quind in a ouvert la soue, un bidé a donné un coup d' pied à vote couéchon, et il est mort.
— Ooh, vote bidé a tué min cochon ? Eh bin, j' vos importer vote bidé.

Et Berlicoqué sort dins la cour, attrape ech bidé, saute édsus, et pi jette sin so dseur sin dos, et pis i ch'in vo, in disant :

– D'un épi d'blè, j'ai yu un-n' glenn,
– D'un-n' glenn, j'ai yu un couéchon.
– D'un couéchon, j'ai yu un bidé.

  • Et au vèpe, dans un-n' eute cinse, toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder si vos poviez warder min bidé, qu' j'ai attaché lò dehors, dusqu'à d'min.
— Mais bin seur, Berlicoqué, mettez-le dins l'écurie aveuc les nôtes, et vos r'viendrez l' prinde édmin.

Et Berlicoqué sort dans la cour, détache sin bidé, vo à l'écurie, y met l' bidé, et puis i ch'in vo.


Vérdi

El lendemin : toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder l' bidé éq j'vos ai donné hier souor à warder.
— Ah, min pauffe Berlicoqué, figurez vous qu' ch'matin, quind note file a emmené chés bidés bouère à l'rivière, vote bidé a glinché, et pi i s'est noyé.
— Ooh, vote file a noyé min bidé ? Eh bin, j' vos importer vote file.

Et Berlicoqué attrape el pétite file, la met dins sin so, jette sin so dseur sin dos et pis i ch'in vo, in disant :

– D'un épi de blé, j'ai yu un-n' glenn,
– D'un-n' glenn, j'ai yu un couéchon,
– D'un couéchon, j'ai yu un bidé,
– D'un bidé, j'ai yu un-n' pétite file.

  • Et au vèpe, dins un-n' eute cinse, toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder si vos poviez warder min cros sac, dusqu'à d'min.
— Mais bin seur, Berlicoqué, mettez-le dins ch'coin deul salle, et pi vos r'viendrez l'prinde édmin.

Et Berlicoqué i foait riper sin so ed sin épeule, l' pose dins l' coin deul salle, et pis i ch'in vo.

Or, ch'souor lò, ch'étot l' fête des Rouos. La mère avoait apporté l'galette, et pi coupé des parts, et pour les distribuer, ale demindoait
— Pour qui chelle-chi ?
— Ch'est pour mi !
— Et pour qui chelle-chi ?
— Ch'est pour mi !

Et pis, au bout, il in restoait un-n' ed trop. Alors, pour s'amuser, la maman deminde :

— Et pour qui chelle-lò ?

Et on intind un-n' toute tiote vouo qu' ale crie :

— Ch'est pour mi ! Ch'est pour mi !
— Et qui t'es, ti ?
— Ch'est mi, qu'éj suis infermée dins l' so à Berlicoqué !

O s' dépêche, in s'approche du so à Berlicoqué, et pi o vouot éq l'so i s'tortille in criant. In l'ouve, et o érconnoait la pétite file qu'avoait té infermée l'matin, et qu'ale raconte sin histoère.

In l'aide à sortir, et l' père décide d' préparer un-n' punition pour Berlicoqué, pach'qu'o n'attrape poin chés tiotes files conme cho. I vo chercher l'cros tchien deul cinse, i l'met dins l' so à l'place ed la pétite file.


Sinmdi

El lendemin : toc, toc, toc !

— Qui est lò ?
— Ch'est Berlicoqué, madame.
— Intrez, intrez, Berlicoqué, vnez vos cauffer.
— Non, non, ma bonne, éj n'ai poin frouo, j' vnais seulemint vos deminder l' so qu' j'vos ai donné hier souor à warder.
— Ah oui, très bin, prenez-le lò dins l' coin ed la salle, à l'endrouo dou qu'vos l'avez mis.

Berlicoqué i prend sin so, l' jette édseur sin dos, l' treuve bin lourd, mais i ch'in vo.

Un molé pus loin, i s'dit qu'i faudroait quand même donner quèque cose à minger à l'tiote file. I s'arrête, i sort un morcieu d'pain ed s'poche, et ouve l' so.

— Wouoh ! wouoh !

Ech kien, furieux d'avoèr té infermé toute el nuit dins l' so, i s'jette dseur Berlicoqué, et pi i l'mord trés fort, avant d'rintrer dins s' cinse in courant.

Alors Berlicoqué i s'dit tristemint :

– D'un épi d'blè, j'ai yu un-n' glenn,
– D'un-n' glenn, j'ai yu un couéchon,
– D'un couéchon, j'ai yu un bidé,
– D'un bidé, j'ai yu un-n' pétite file,
– D'un-n' tiote file, j'ai yu un cros tchien,
– Et achteure, éj n'ai pus rien du tout.


Notes pi référinches
  1. L' féminin ed l'artique "un" ch'est in picard l' même mot "un" nasal, suivi d'un "n" muet. Il n'y a poin altérnance conme in frinsé inte chés voyelles "un" et "u". Étudier la transcription du picard
  2. fr. Poule, du lat. gallina
  • G. de La Baume , Les Histoires de Mère Nanette N2 : Les Malheurs de Berlicoquet , dessins ed Jacqueline Duché , Fernand Nathan Ed. , Paris (1929)
.