Ernest Héren

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernest Héren
Activitès écrivin picard
Nè(e) 29 d' octobe 1871
à  Molliens-au-Boé (Sonme)
Défunctè 29 d' octobe 1937
à  Anmien
Ginre(s) poésie, téïate

Érnest Héren (1871 - 1937) l'est né à Molliens-au-Boé (Sonme). Il étoait un maristér à Anmiens.

Intre 1900 pi 1904, il o récrit dins l'érvue La Picardie et pi intre 1906 pi 1912, il o écrit din l'érvue Notre Picardie chés croniques Edvises ed Baloncheu.

Il o étou écrit des poènmes pi des pièches pour ch'téïate.

Chés écrivures à Érnest Héren[éditer | modifier le wikicode]

- téïate
  • Autour d'einne berche, Les Rosati picards, 22 paches (1903)
  • Eche Patalon (1905) o (1925)
  • Louis Seurvat, Louis Vasseur, Ernest Héren, Pus ed bruit que d'mau, saynète picarde primée au concours d'1906, Chés Rosati picards (27 octobre 1906)
  • Éche jonne marié (1912)
  • Moison dé ch'Maire (1926)


- eutes
  • Histoire du grès et de la gresserie en Picardie et particulièrement dans le département de la Somme ... (1891)
  • Morceaux choisis de patois picard des XVIIe et XVIIIe siècles, Chés Rosati picards (21 mars 1904)
  • Marie-Annen, nouvelle historique, moeurs rustiques picardes du XVIIIe siècle , Chés Rosati picards (12 déc. 1931)
  • Héren Ernest, Ledieu L., Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, arrondissement d'Amiens, 1919, tome III, pp. 541-644,

Estrait deul pièche éd téyate Eche Patalon[éditer | modifier le wikicode]

Scène II: (Ponnou il einte avu einne cannule dessous sein bros gueuche pis einne lanterne da s'main droite; i pose toute sur el tabe)

Quatré-Langues
Et pi quoi ?
Ponnou
Cho vo bien, fan bien. Il o ricanné ein m'voyant.
Quatré-Langues
Ah ! ch'est boin sangne : il est saqué ! Pis, li os-tu baillé sein lavemeint ?
Ponnou
Bé non ! Il avoait fienté, l'pauve bête, mais lo, fienté, aussi naturel éque ti pis mi, quoi ! Quand o fieinte bien, tout vo bien : ch'est por chés bêtes conme por chés geins.
Quatré-Langues
Tant miux, nom des eus !
Ponnou
Oui, tant miux. Cho m'o foit du bien d'vir cho. Os airoit dit qu'étoit mi qué j'ravivois. Aussi, marziu ! ej m'ein vos l'atteler por aller Anmiens.
Quatré-Langues
Cho, j'té l'défeinds, Ponnou !
[...]


Référinches[éditer | modifier le wikicode]

  • Le Théatre picard, Publié pèr Georges Fréville, impr. de F. Paillart, Advile , 237 paches (1949)
  • La forêt invisible, Pierre Ivart, (p. 371) , Trois Cailloux, Anmien, (ISBN 2903082200) (1985)