Quio Dona

Cha vient éd Wikipedia
Aller à la navigation Aller à la recherche

Quio Dona ch'est un collaborateu deul érvue « La Picardie ». Il a écrit des textes in patoés du Vimeu pour ch' jornal.

Ezampe éd texte dins La Picardie [1][éditer | modifier ech wikicode]

EIN TAMBOUR QUI FOÈT DU BRUIT

(HISTOIRE VRAIE)
Mein cousin,

Vous qu'o z aimez coèr chés boènes histoères, ein vlo eine qu'al est arrivée dein no poëys épi qu'al veut bien l' peine qué j' vo l' raconte.

L' pu bieu ornemein d'no commeune, tout l' monde l' sait, ch'est nos pompieux ; épi l' pu bieu ornemein d'nos pompieux, tout l' monde ein convient, ch'est... leu tambour.

Seul'mein, ch' tambour d'Peindè il o ein' caboche pu dure qu'un cailleu épi pu creuse qué s'n instiumein. O z-allez vir :

D'pouis deux ans chés pompieux y z'ont à leu tête, poen ein casque, mais ein cap'taine qui n' se lèche point c'mander par sein tambour comme ch' tilo qui y avoèt d'vant. Cha li sembloé don dur, à no tambour, d' n' pu pouvoèr dire « lo qu'eg m'arrêterai o vos arrêtereu, na ! ». I s'o don mis deins s' fameuse caboche, d'foère tant d' ses pieds et pi d' ses mains d'arriver à l'foère dermissionner.

Don, y o yeu ein an al nouvelle einnée, il o été comme ch'est l'habitude, donner ein' aubade à tous chés autoritailles d' nos poëys... seul'meint y s'o bien gardé d' foère ch' l'honneur-lo à sein cap'taine.

Ch'étoé grave ! O voéïez d'ichi qué scandale ! cha o, couru comme une treinée d' fu, d'pouis pio Peindè dusqu'à ch' fond du Vo...

Por ein' forte tête, ch' tambour lo ch'est ein' forte tête, cho ch'est seur !

Mais sein cap'taine y s' vante d'avoèr ein' tête coèr pu forte qu' li!... Il o don à foèr à s'n'homme.

Quoi qui foé ?... Y rassanne ses pompieux ein dimeinche après vrèpres, et pi y foé passer sein tambour au Conseil d'guerre !... Cré coquin !

El Conseil ein' foé ni eune ni deusse, y f...lanque tambour battant 40 sous d'ameinde à no z-homme et pi ein savion per dessus l' merqué por avoèr manqué d'respect à sein supérieur ! Eh ! allez don !

Mais cho eck no tambour il o deins l' tête, il né l'o poen deins l' cu. Vlo qué ch't' einnée chi, au premier jeinvier, y s'ein vo coèr reindre les honneurs tout pertout, mais y n' s'occupe poen pu d'sein cap'taine qu' si y n'avoéjamoé existé.

Là d'ssus nouvieu conseil d'guerre, nouvelle réprimeinde et pi 3 moès d'suspeinsion.

Mais, têtu comme ein beudet, il einvoit proum'ner chés gardes champêtes qui vont l'y d'mander chu tambour.

Ein' troésième foé chu conseil d'guerre y s'rassanne, et à l'unanimitaille y révoque chu tambour récalchitrant...

O croéïez qu' ché fini, mein cousin ! O n'est coèr loin du but ! No z-homme est pu eintêté qu'eine mouque. Ch'est lo qu' cha qu' meinche à dév'nir estupéfiant!

Al' preumière r'vue chés pompieux, oh ! grrrands diux ! horreséo révéreince ! quoi qu'o z'einteind !

Ch' tambour, mein cousin, ch' tambour qui battoé quand meume, ch' tambour qui tambourinoé pu rud'meint qu'jamoé... Ran tan plan... et ran... et ran... et ran.

Ed'pouis ch' temps lo, à chaque r'vue, y s'obsteine à batt' l' rappel et pi à v'nir s' planter sur les reings comme eine étinqure, envers épi contre toute ! et pi, y bot aveuc rage... aveuc fureur...

Comme il y avoèt ein instrumeint disponible, chu cap'taine a lommè ein eutre tambour, ein vrai tambour ch' tilo vu qu'il l'étoèt étant militaire. Tandis qu' l'eutre étoèt à peu prou boen à foèr danser des ors... et pi coère !

Au liu d'ein tambour y n'ein o don deusse. Alorrs qu'ech nouvieu tambour y bot ein' belle merche, l'eutre y bot la berloque... O voyéiez cho d'ichi... qué cacafonie !

Cha n' povoé point durer comme cho... Chu cap'taine soumet l'affoère à mossieu l' moère; mossieu l' moère l' soumet à mossieu l' préfet... Mossieu l' préfet qu'est ein homme d'ein grand savoèr et pi qui réfléchit grameint, il exameine l' question, et pi quand il o yeu bien peinsé et bien examiné, il a fini par dire à mossieu l' moère dé s' déberbouiller comme y porroé...

Mossieu l' moère a don d'mandé à sein conseil l' droèt d'porsuivre ch' l'opiniâtre tambour, mais sans doute qui feut coère d'eutres permissions, pi qu'ech tambour y n'est pas coère r'venu.

Y péroèt qu'o z o coèr foé des sommacions par chés gardes champètes à ch' tambour insurgé. Cha n'est poen cho qu'il l'émeut ! Assis sur s'caisse comme d'sur ein trône, y s'écrie, péreil à Six-pion :

Ingrate patrie ! tu n'éros poent m' pieu !

Epi y n' sorte poen d'lo.

Vlo idou qu'o z ein sommes. Peindé est sans sus d'sous. Qué révolucion deins no poéys. Chés feumes y s'ein mêlent aveuc leu Langue : ch'est poen boen saigne. O foé des discours, o délibère, o rédélibère !... Einfin, l'une-hiver a les yux fixchés sur ch' t homme lo qui tient tête à sein cap'taine, à mossieu l'moére, à ses deux gardes champêtes, à mossieu l'préfet, à tout l'monde !...

Meume qu'y o quinze jours, étant deins chu mérais — chés bétails n'avoètent poen l' droèt d'aller deins ch' mérais, à keuse d'el cocotte, mais personne n'éroèt impèqué ch' tambour d'y aller... épi d'poécher si y n'avoêt yeu l'einvie — étant deins ch'mérais, qu'eg vo dit, min cousin Jacques, ch' tambour, pu fier qu'ein Spertiate, crioèt à quiqu'in qui l'y disoèt d'reindre sein tambour : Viens l' quieur ! Mais pu blagueux qu' chés célèbes z-héros d' chés Termes-aux-piles, y rajoute coère : Viens l' quieur, min tambour, viens ! épi tu voêros !...

Y foro portant n'ein finir.

O peirle d'einvoyéier ech' général des Guérets al tête d'sein corps d'armée por bloquer no z intêtè, li pi s' pieu d'beudet...

D'eutes perlent de l' réduire per l' fameine. Einfin y n'ein o qui perposent d'el foèr passer par les armes al preuchain' r'vue d'pompe ; d'l'asperger, d'l'inonder et pi d'el noyer jusqu'à temps qui l'euche r'trouvè sein boen sein et pi qui criche : Raïu !

Mi, qué j'el connoé, ég' sais qu' ch' est ein' geins tellemein borné, qu' putôt qué d'reindre quique saquoi, il invaleroèt pu-tôt s'caisse et pi coèr ses deux baguettes.

Si jamoé cho arrivoé, y n'éroèt qu'à li foère preindre ein vométique... Après cho cha iroèt tout seul! Quoi qu'o n'ein peinsez, mein cousin Jacques ?

....

Eg' boèse les mains à no couseine Mad'lon épi eg' vo pinche la cullière.

Vo pio cousin,
QUIO DONA.

Référinches[éditer | modifier ech wikicode]

  • Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
  1. Quio Dona, ein tambour qui foèt du bruit , La Picardie , tome 1, p. 62, 1900_1901 ( https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9738193t/f76.item )