Achille Saletkzi

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Achille zaletzki l'est né l'26 ed juillet 1881 à Nöyel (in frinsé Noyelles-Godault) dins ch'Pas-Calés. Ch'étôt un mineur qu'a vécu à l' chité liméro 5 ed Loo (in frinsé Loos-en-Gohelle). A 13 ans, il a té un galibot. Il est défuncté au 18 d'marche 1904 à Loo.

Ch'est un mineur-poéte qu'a écrit "Appollon dins ch'carbon" paru in 1904 [1].


Éstrait dech poéme Sainte Catherine[2]
Nous avott's toudis soin d' fourrer
Dins l' chabot unn' paire ed' carottes,
Des p'lur's ed' naviots et d' pétotes,
Pour l' baudet d' Saint' Catherine minger...
Éstrait du poéme La mort du galibot[3]
[ ... ]
L'brav' petit galibot nu jusqu'in bas d'l'échine
Bouillant, soufflant, finquant, comme unn' pétit' machine
Fait marcher les barous comm' l'express les wagons
Soul'vant l'poussièr' noirâte in épais tourbillons
[ ... ]

Poème « Min tien » (in intier ; source : les chants de l'abîme, Achille Saletzki, liméro éspécial in supplémint au liméro 58 d'HORIZONS, 21 éd join 1988)

Min Tien

I n’est pa biau, min tien : in n’peut point pus laid’ biête !
Il a des court’ s é patt’s, un long corps, unn’ gross’ tiête ;
Il a des longu’ z’oreill’s qui li donn’nt un drôl’ d’air ;
I-est poilu comme un ours ; souvint sal’ comme un peine ;
Sin poil arsann’ putôt à d’l’étoup’ qu’à dé l’laine…
Infin, il est affreux ! – Mais n’impêche, ej’ l’ai quer.

Nous l’appélons Roquette. In li-a fait unn’ cabaine
Dins un coin sombr’ dé l’cour ; in li-a mis unn’ gross’ chaine,
Unn’ chain’ qu’i n’ quitt’ra fauque el jour qu’i séra mort.
Et l’hiver comm’ l’été, qu’i pleuve o bin qu’i vinte,
Incore assez souvintsans rien avoir dins l’vinte,
Il est là, prisonnier … et heureux dins sin sort.

J’ n’ai qu’à sortir dins l’cour : aussitôt, l’chain’ cliquète.
Et j’n’ai qu’à dir’ deux mots, tout bas : « t’es là, Roquette ? »
Tonnerre ! I cass’rot s’ chain’ pou v’nir ém’ caresser !
I s’étrann’ dins s’collier poum’toucher unn’ miette ;
I-aboe, i m’dit bonjour dins sin langage ed biète ;
I saute, I s’roul’ par terr’ pour qué j’vach’ l’agacer.

J’ m’approche ; ej’ gliche ém’ main tout du long d’sin corps maique…
Ah ! comme il est contint ! … I m’pourlèque ! I m’pourlèque !
Comm’ si j’étos in chuc !! … I danse ! I s’frott’ contr’ mi !
I m’raviss’ dins les yeux pindant qué s’queu’ s’agite…
- Ah ! min tien ! ti, t’mas quer ; ti, t’n’es pas hypocrite ;
Ti, té n’mé tromp’ras point : t’es min meilleur ami !

M’tien, ch’est m’consolation ! Aussi, cha m’fait dé l’peine
Dé l’vir toudis loïé. Pour qu’in l’délivr’ dé s’ chaine
Tous les jours ej’ dispute et j’tracass’ mes parints.
Car, jé n’mintirai point, si quéqu’ chose ém’ tourminte
Ch’est d’là vir inchainer unn’ pauv’ biète innochinte
Quand y-a tant d’criminels qui cueurtent pa les qu’mins.

Pourquoi ténir un tien si ch’est pou l’rinde esclave ?
In m’dira qu’in l’l’as mis dins l’cour parc’ qu’il est brave,
Parc’ qué contr’ les voleurs ch’est un fidèl’ gardien…
Mais quoiss qué des voleurs, à m’ maison, vérott’nt faire ?
Quoi qu’ch’est qu’in vérot bin nous voler ? La misère ?
Pou l’reste après, allez ! laissons courir not tien.

Dins l’temps, in l’déloïot quéqu’fos unn’ démi-heure.
Mais, i montot su l’tape, i mettot s’nez dins l’beurre ;
I grimpot su les chais’s ec ses patt’s plein d’mortier ;
I buvot au séau dins l’iau qu’in allot boire ;
Quéqu’fos, i déposot quéqu’ chose edzous l’armoire …
Aussi, à ch’t’heur’, ch’est tout : défins’ dé l’déloïer !

Pourtant, quand jé l’vos là, solitaire et tout trisse,
Quand, d’un œil suppliant, l’pauve inchainé m’ravisse,
Et m’démande in brayant un momint d’liberté,
Jé n’peux point m’impécher : su l’point’ du pied j’m’approche,
J’guett’ si qu’in n’mé vot point, j’saisis l’chain’, jé l’décroche,
Et, comme un malfaiteur, bin vit’ mé v’là trotté.

Quand j’arviens, l’pauv’ Roquette est cor toudis à l’chaine,
Et in m’traite ed grand sot. – Oh ! ch’n’est point cha qui m’gêne !
Jé m’console ed ém’ tien dé c’qu’in dit après mi.
J’li cont’ tous mes chagrins, tous les maux qué j’supporte …
J’ress’ quéqu’fos bin longtemps à li parler d’la sorte :
Un jour, in m’a r’trouvé dins s’cabaine, indormi.

Notes pi référinches[éditer | modifier ech wikicode]

  • Jacques LANDRECIES, UN GENRE ORIGINAL : LA LITTERATURE PICARDE DU PAYS MINIER http://membres.multimania.fr/insanne/documents/
  • Achille Saletzki, Les Chants de l'abîme, présintacion pèr Jean-Claude Bailleul, supplémint au liméro 58 d'Horizons 21, 1988.
  1. Apollon dins l'carbon, poésies patoises par Achille Saletzki, ouvrier mineur, Impr. moderne Éd., 53 paches (1904).
  2. http://www.labeilledelaternoise.fr/actualite/La-Sainte-Catherine-%28634%29-2696.html
  3. La mort du galibot (Achille Saletkzi)