Albert Maignan

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Maignan
Albert Maignan (1845-1908)
Albert Maignan (1845-1908)

Nom d' naissance Albert Pierre René Maignan
Né(e) l’ 14 d' octobe 1845
à Beaumont-sur-Sarthe
Nacionalité(s) Franche Franche
Défuncté(e) au 29 ed séctimbe 1908
à Saint-Prix (Val-d'Oése)
activités Pinte
élèves Marius de Buzon,
Jules Hervé-Mathé,
Etienne Mondineu,
Henri Laurent-Desrousseaux,
Pierre-Gaston Rigaud
Mouvemint artistique Pinture d'histoére,
Pinture orientalisse
Influincé par Évariste-Vital Luminais,
Henri Regnault

Albert Maignan, l'est né à Beaumont-sur-Sarthe l' 14 d' octobe 1845 et pi l'est défuncté à Saint-Prix (Val-d'Oése)au 29 éd séctimbe 1908. Ch'est un pinte pi un illustrateu.

Il légua au Musée d’Picardie d'Anmien ses collections d'objets arkéolodjikes et pi médiévaux, s' fonds d’atelier. Apré il y o étou ch' legs Larivière.

« Hommage à Clovis II » 1883. Heule su toéle.
Musée des Bieus-Arts éd Rouen.


Quèques euves à Maignan[éditer | modifier ech wikicode]

  • Gare de Lyon, restaurant Le Train bleu : Orange dins l' Grande Salle pi Vendanges en Bourgogne dins l' Salle dorée ( 1900 )
Pannieu du restaurant Le Train bleu, gare éd Lyon à Paris.
  • Opéra-Comique (Paris) vers 1897 au Fouéyer: ch' plafond pi quate pannieus édseur chés murs)
  • Palais du Luxembourg, Grand Salon du Sénat - cartons pour un insimbe éd 7 tapisseries deul Manufacture des Gobelins dins l' Salle des Conférinces du Sénat : l'histoére d' Apollon et Daphné métamorphosée en laurier foaites in lain·ne pi souèe
  • Musée d’Picardie à Anmien : l'insimbe des collékcions d' Albert Maignan;
« Èl verte Muse » , 1895. Heule su toéle.
Musée d'Picardie, Anmien.
« L'amiral Carlo Zeno » , 1878. Heule su toéle.
Palais des Bieus-Arts éd Lille

Notes pi référinches[éditer | modifier ech wikicode]

  • Bruno Foucart, François Legrand, Véronique Alemany-Dessaint, et al., Albert Maignan : peintre et décorateur du Paris fin de siècle, cat. exp. Paris, Fondation Taylor, 11 mars - 7 mai 2016, Paris, éd. Norma, 2016.
  • Cécile Ritzenthaler, L’École des Beaux-Arts du XIXe sièke. Les Pompiers, Paris, éd. Mayer, 1987, p. 242.

Loyens éstérnes[éditer | modifier ech wikicode]

Édseur chés eutes prodjés Wikimédia :