Anmour

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Deus personnes qui s’ainmtte

Echl’anmour (obin anmeur o étou amour) ch’est ch’sintimint umains (moais partagè per queuques Biètes) d’avoér un fort atatchmint por unne cose obin, souvint, unne parsonne. Ches verbes qui vont avuc ch’est :

  • vir volintiers (por un atatchmint passabe) ;
  • avoér tcher / avoér ker / ainmer (por un fort sintimint).
  • adoliser sin éfant
    • référinche : Raymond Dubois, Questionnaire Linguistique Picard, Dijon, 1960

Egzimpes[éditer | modifier le wikicode]

  • ch' Diu d' anmour (Édouard David)
  • L' anmour s'éveille avu ch' Printemps (Gaston Bourdon)
  • I révt' éd faveurs, pis d' bell' pieutés branques, D' amour pis d' mériag', tout au long d' leu nuit !... (Gaston Vasseur)
  • Ch'l amour, qui fait que j' pousse m' plainte, M'a r'tiré jusqu'à l'appétit (Alexandre Desrousseaux)
  • Ch' l'oisieu cante à vous échouir - S'en' n'égaviotte - Da ch' l' air trîn' des nifflé's d' anmeur - Décatouillant l' chervelle et ch' tcheur - D' tchot Pierre et d' Rose, ... (Gaston Bourdon)