Hardine

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wiktionary-logo.svg

Origine et histoire de « Hardine » Wikamote picard (Ch'lifamote)

Chés hardines ch'est des tiots gardins intourés aveuc ed l'ieu (chés rieus). O les treuve à Péronne (Sainte-Radegonde), à Doint (Flamicourt), et pi à Hin. Chés « hardiniés » is avoette des camberlots[1] (o camberlous - ch'est des cros sabots) à leu pieds. Chés hardiniés i n'étoette poin din eune corporation mais édpuis 1858 i fétette la saint-Phocas[2] (ch'patron ed Flamicourt).

Chés hardines ch'est conme chés "hortillonnages" à Anmien.

Notes pi référinches[éditer | modifier le wikicode]

  1. vir p 18, Édouard David, Chés Hortillonnages, imp. Picarde, Anmien (1900) - La Découvrance éd., Bouhet (2005)
  2. vir p 88 - 89, saint-Phocas din Croyances et cultes populaires en Picardie, Yvan Brohard pi Jean-François Leblond, Martelle éd., Anmien (1992)
  • La Picardie et les régions voisines, Artois--Cambrésis--Beauvaisis, Albert Demangeon pi Aimé Vincent Perpillou, A. Colin Paris, 496 paches (1905) - (vir = www.archive.org) novèles édichons: Guénégaud éd., Paris (1973) et pi La Découvrance, Cesson-Sévigné (2001), édsous ch' tite La Picardie. L'Artois. Le Cambrésis et le Beauvaisis.
  • http://www.tchoutjaques.org/fr/hardines.htm
  • chuchon ed sauvegarde des hardines ed Hin, présidée par Michel Urbaniak (vir ch' Courrier picard octobe 2009)

Loïens intarnètes[éditer | modifier le wikicode]