Édouard David (Tchot Doère)

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher
Édouard David
Édouard David.jpg
Activités écrivin picard
Né(e) 9 d' avri 1863
Anmien wartier Saint-Leu
Défuncté 1932
Anmien
Ginres poésie, téïate, éssai

Édouard David (1863-1932)


Édouard David, dit “ Tchot Doère ” ou « Thiot Douaird » , ch’est un poéte picard.

Il est né à Anmien l'9 d'avri 1863.


chés écrivures éd Thiot Douaird[éditer | modifier le wikicode]

  • Él bataye éd Quériu (1891) (eune histoère aveuc ch'cabotan Lafleur)
  • Momeints perdus d'ein picard (1892)
  • Él muse picarde (1895)
  • Chés lazards (1897) (su chés poves d'saint Leu)
  • Chés hortillonages (1900)
  • Marie-Chrétienne (1903)
  • El naissainche ed l'einfant Jésus (1905, 1933) (ène conmédie éd Noé aveuc Lafleur)
  • Chés histoires d'Lafleur (1906)
  • Ninoche (1910)
  • Vieilles rédries suivi de Chés contes d'Lafleur (1920)
  • Mariette (1923)
  • Ech pardon ! (1923)
  • Pou chl'einfant (1923)
  • Grand'mére (1925)
  • Ch'viux Lafleur (1926)
  • Mie qu'à dire ou ein pari d'Lafleur (1929)
  • L'œuvre de l'église cathédrale d'Amiens (1929)

publiés apreu ch'déché d'Édouard David

  • Mahiette (1969)
  • Contes d'un tchu d'cadot (1979)

Édouard David pi Lafleur[éditer | modifier le wikicode]

Lafleur, il o dit :

Las ! tout cho n'est pus qu' du souv'nir !
Min théiat' da ch' l'oubli s'einraque.
Comm' visiteux, je n' vois pus venir
Que ch' tchott' soiris qui, mitan braque,
Court su' m' panche ou bien vo chucher
Ch' nez de ch' prance ou l' brongn' de l' prancesse…

El néssainche ed l'infant Jézus (Éstrait)
Lafleur: N-in vlaù ènne trote avù chaù su min do.
Mé i fœt qu'ej diche bonjour a chés jins.
Bonjour Jozé, bonjour la Vièrje, bonjour ech thiot moucron d'Infant Jézu.

Ninoche (Éstrait)[éditer | modifier le wikicode]

Din s’léginde in vers (1910), Édouard David i pérle d’ chés ténébreux din ech onzième cant:

D’pus jeudi, chés cloqu’s sont à Ronme
Por y querre d’s us plein leus grons,
Et chés cloquers, dormant leu sonme,
Sont muets conm’ des poturons.
Aussi, vu qu’i gno point d’école,
Drès l’ matan, chés goss’s, déjouqués,
Conm’ des pigeons qu’o met à l’ vole,
Sont déjo da l’ ru’ tous carqués,
Les eins ployant sous leus cartelles
Ou portant maillets et mart’lets,
Les eut’s agitant leus tort’relles
Ou foisant torner leus batt’lets.
[ … ]
  • Édouard David , Ninoche, (1910) , nouvèle Publicachon : 1987 , (94 paches), Éditeu : Societe de linguistique picarde et pi Musée éd Picardie, (1987) p 58 - 65

L'œuvre de l'église cathédrale d'Amiens (1929) (Éstrait)[1][éditer | modifier le wikicode]

El préchoire
Chés trois pus bell's vertus dont ch'boin Diu, da s'sagesse
Voulut qu'i fuch'nt el loi d'no pauve humannité:
El Foi pis ch'lEspérainche aveuc el Carité,
Surportent l'cuv' préchoir', sans hongn' conm' sans faiblesse.
[ ... ]
  1. Jacques Dulphy, Le Picard, une autre littérature en pays de Somme, Ballade dans la Somme, Sur les pas des écrivains, Editions Alexandrines, Paris (2003) , pache 97

Référinches[éditer | modifier le wikicode]

Lives[éditer | modifier le wikicode]

  • Chés lazards (1897), nouvèle Publicachon :1990
  • Chés hortillonages, Éditeu : Amiens Imprimerie Picarde, 100 paches (1900), nouvèle Publicachon :1990
  • Chés Hortillonnages et pi Chés Lazards , In-8-254pp, Éditeu Amiens-Encrage (1990).
  • Édouard David , Ninoche, (1910) , nouvèle Publicachon : 1987 , (94 paches), Éditeu : Societe de linguistique picarde et pi Musée éd Picardie, (1987).