Catédrale Nou-Danme ed Rouen

Cha vient éd Wikipedia
(Érdirection édpis Catédrale No-Danme ed Rouen)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
El fachade à l’catédrale vute edpis ch’Gros Orloge ed Rouen
Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg

El Catédrale Nou-Danme ed Rouen o Note-Danme (Noute-Dame dé Rouen in neurmind, Notre-Dame de Rouen in franchoés) ch’est unne catédrale ed tchulte catolike dédièe à l’Vierche Marie qui s’truve à Rouen in Neurmindie in Franche.

Ch’est ch’pus grand pi ch’pus connu d’ches monnumints à l’vile ed Rouen pi unne ed ches pus connutes catédrales ed Franche.

Ch'est l'catédrale el pus heute ed Franche edpis qu'al o yu s'flèke in 1879, a foait 151 m. d'heuteur.

Diminsions[éditer | modifier ech wikicode]

Plan d'ech rez-d'keuchèe d'el catédrale
Plan d'ech rez-d'keuchèe d'el catédrale

Ches diminsions qui fidjurtte dins ch'tablieu ales ont 'tè relvèes in 1977[1].

Totale londgeur seuf uève 144 m
Totale londgeur dins chl'uève 136,86 m
Totale lardgeur à l'fachade d'ouèst 61,60 m
Heuteur à l'tour Saint-Romain 82 m
Heuteur à l'tour ed Beure 75 m
Londgeur à l'nef (11 travèes) 60 m
Totale lardgeur dins chl'uève sins ches capèles 24,20 m
Lardgeur à l'nef d'axe in axe ed ches piliers 11,30 m
Heuteur edsous voute d'el nef 28 m
Lardgeur à ches bos-cotès à nord (moéyinne) 6,20 m
Lardgeur à ches bos-cotès à sud (moéyinne) 6,70 m
Heuteur à ches bos-cotès 14 m
Porfondeur à ches capèles latérales à nord 3,15 m
Porfondeur à ches capèles latérales à sud 3,50 m
Londgeur seuf uève d'ech transept 57 m
Londgeur dins chl'uève d'ech transept 53,65 m
Lardgeur d'ech transept (bos-cotè comprins) 24,60 m
Heuteur à ches croésillons 28 m
Heuteur edsous voute à l'tour-lanterne 51 m
Totale heuteur à l'flèke 151 m
Londgeur à ch'keur 34,30 m
Lardgeur à ch'keur 12,68 m
Heuteur à ch'keur 28 m
Lardgeur à ch'déambuloére (variant d'6,32 m à 6,40 m) 6,35 m
Londgeur à l'capèle à l'Vierche 24,71 m
Lardgeur à l'capèle à l'Vierche 8,80 m
Heuteur à l'capèle à l'Vierche 19 m

Istoére[éditer | modifier ech wikicode]

Ches prunmières églises à Rouen[éditer | modifier ech wikicode]

El vile ed Rouen a s’aploét Rotamagus à ch’tans d’echl’Impire Romain, pi ch’étoét djo unne grande vile edseur unne bouke à l’Seinne. Ech prunmier précheus crétien, Mélon d’Cardiff, il arive à Rouen in 260 et pi o sait qu’ch’est aprés cha qu’unne prunmière église muchèe vo prinde liu dins unne moaison chivile qui dvoét s’truvoér edsous l’tour Saint-Romain à l’catédrale actuèle. Ch’est à partir ed chole prunmière église muchèe qu’vo s’dévloper ch’tchulte crétien. In 313, echl’Impire Romain i s’convertit ofichièlmint à ch’crétiennime, pi un batimint d’tchulte pus grand vo kmincher à ète bati douqu’il y avoét chl’église muchèe dins ches moaisons d’el citè. O n’o mie d’restes ed chole prunmière église, mais o sait qu’dins ches sièkes qui vont suire, pusieurs batimints vont es succhéder à ch’liu-chi.

Fondacion d’ech diochèse ed Rouen[éditer | modifier ech wikicode]

Saint-Victrice ed Rouen dins chl’église Saint-Gervoais

In 410, chl’évèke Saint-Victrice i vo fonder un diochèse qui vo covrir toute el région Neurmindie, cha vo ète ech diochèse ed Rouen. À chole ocasion, o pinse qu’un nouvieu batimint o ‘tè bati pi unne catède (d’ech latin cathedra qùi vyint d’ech grec καθέδρα qui vut dire caïèle) o ‘tè foaite pi mise dins l’nouvèle église, pi ch’est conme cha eq l’église al o dvenu unne catédrale pi qu’el vile ed Rouen est dvenute siège à un évétchè.

Ches raids à ches Vikings à Rouen[éditer | modifier ech wikicode]

À partir d’el fin à ch’VIe sièke, ches Vikings, qui sont des peupes vnus d’ech Nord d’Urope (is vyinntte seurtout d’Norvège) kminchtte à foaire des pillages edseur ches cotes neurmindes, biétot is rmont’tte el Seinne por piller ches grandes viles riches qui s’truvtte edseur ch’fleufe. Honfleur, Rouen, Paris sont d’ches viles riches, ales vont ète pillèes granmint d’foés durant deus sièkes, dusqu’en 911.

À Rouen, o sait qu’ches Vikings is ont asi Rouen in 840 pi tout pillè, pi qu’el catédrale o ‘tè détruite dins ches flanmes. Conme el pière ch’étoét fort tcher à ch’tans-lo, pi qu’il y avoét d’pus in pus souvint d’ches raids conme cha, o pinse qu’ches batimints étoétte seurtout in boés, pi don qu’el catédrale d’echl’époke dvoét avoér ed ches murs in pière moais unne voute ed plafond in boés qui dvoét asir souvint quanqu’il y avoét d’ches feus.

El prunmière catédrale ed pière[éditer | modifier ech wikicode]

El prunmière grande catédrale ed quoé qu’in o d’ches restes al o ‘tè kminchèe in 1020 pi al o ‘tè cmandèe par echl’évèke dins ch’tans-lo, Robert, qu’étoét ch’fiu à ch’duc ed Neurmindie Robert Ier pi ch’grand-fiu à Rolon, ech prunmier duc ed Neurmindie. Finite in 1063, in o coér ches restes d’ech keur à chole catédrale-lo dins l’cripte à l’catédrale ed Rouen.

Ches diminsions d’chole catédrale ales étoétte fort grandes, pus grandes in comparoaison avuc ches batimints d’avant. Al fzoét quasimint l’taille à l’catédrale actuèle in londgeur, moais al o ‘tè batite in stile ronman d’ech XIe sièke, adon a dvoét ète fort bosse pi ches murs is étoétte fort époais. Eddins, a n’dvoét mie ète fort lumneuse.

El croésèe d’ogive pi l’nouvèle catédrale[éditer | modifier ech wikicode]

Erconstitucion d’el catédrale ed Rouen vers 1200

In 1145, chl’évèke ed Rouen Hugues d’Anmyin il o ‘tè invitè à Rouen par echl’abè Suger ed Saint-Dnis por l’innauguracion à l’basilike ed Saint-Dnis. Ch’est lo qu’in avoét invintè unne nouvèle tècnike ed construccion : ches croésèes d’ogive. Chole nouvèle tècnike ch’est unne révolucion, cha vo ète ch’kminchmint d’un nouvieu tipe d’arkitecture : l’arkitecture gotike. Ches croésèes d’ogive permèt’tte ed foaire ed ches batimints byin pus heuts pi avuc ed ches overtures byin pus grandes, por unne église dou el leumière erprésinte el Leumière ed Diu, ch’est primordiau.

Quanqu’Hugues i rvyint à Rouen, i donne l’orde ed batir unne tour in usant d’chole nouvèle tècnike d’el croésèe d’ogive. Chole tour o ‘tè batite à 7 mètes d’el nef d’el viule catédrale, ch’est l’roaison porquoé qu’o pinse eq ch’étoét unne tour por dgéter à ch’kminchmint.

1150-1290 : construccion d’el nef[éditer | modifier ech wikicode]

El nef

Aprés qu’ech prunmier étage à l’tour Saint-Ronman il euche tè fini, Hugues d’Anmyin donne l’orde d’abate el fachade pi queuques travèes d’el viule nef ronmanne por kmincher à rbatir dins ch’nouvieu stile, pus heut pi avuc pus ed leumière eddins. O kminche à édifier d’ches travèes dseur 4 nivieus, il y o deus colatérals d’chake cotè pi l’nef à ch’mitan. Dins ches colatérals, o vut foaire ed ches tribunnes edseur, conme cha ch’batimint i sroét fort solide, o foait don unne arcade inte ches piliers d’el nef. Mais ches tribunnes ales èn sront janmoais foaites raport qu’o vo importer l’tècnike ed ches arcs-boutants in 1204 (aprés un feu dseur ch’liu d’ches travaus). In éfet, avuc ches arcs-boutants, ch’batimint i n’o mie bzoin d’tribunnes por ète solide.

El nef al est in stile gotike primoaire. El nef al est finite vers 1250, ech transept vo ète foait insuite. O détruit l’catédrale ronmanne ptit à ptit, adon qu’o batit l’nouvèle catédrale. Quanqu’in arive in 1290, in o quasimint fini ch’keur à l’nouvèle catédrale pi i n’reste rin d’el viule catédrale ronmanne seuf ches restes qui sont dsous ch’nivieu d’el tère (ches restes is ont ‘tè rtruvès in 1931, ch’est innui l’cripte à l’catédrale ed Rouen).

1290-1540 : Agrandiçmints[éditer | modifier ech wikicode]

In 1269, ches murs esternes à l’nef is ont ‘tè overts por batir 18 ptiotes capèles por ches corporacions d’métiers d’Rouen qui vouloétte ed ches messes por ales. Adon, à ch’XIVe sièke, i puvoét y avoér 70 messes par jor dins l’catédrale.

In 1302, unne capèle est édifièe à ch’bout d’ech keur, à l’parfin d’ech batimint. Al est in stile gotike roaiyonnant, ch’stile il o byin cangè dpis qu’in o kminchè à batir el nef, ches arkitectes is ont prins confianche dins cha qu’is fzoétte pi ch’stile il o dvenu pus fin. Chole capèle al est dédièe à l’Vierche Marie pi ch’est lo qu’tous ches évèkes i sont intérès.

In 1380, ches chanoénes is dmandtte echl’overture d’un portail dins ches transept raport qu’i n’y o point d’eute intrèe à l’catédrale pi qu’sinon is doévtte passer par el rue d’ches Quates Vints qu’est fort mal fanmèe pi fort danjreuse dins ches véprèes (il y o bèlmint d’tavernes dins chole rue). Un portal est don overt dins chatchun d’ches deus transepts, à ch’nord ech portail ed ches Libraires pi à ch’sud ech portail d’el Calinde. Ech portal d’ches Libraires i mangne à l’rue Saint-Romain douqu’ès truve ech batimint douqu’is dormtte ches chanouénes.

Ech gotike flamboéïant[éditer | modifier ech wikicode]

Ches darins ajoutmints à l’catédrale sont l’tour ed beure, l’erfoaichon d’el fachade pi l’tour-lanterne. Tous ches darins ajoutmints sont dins ch’stile qui dvyint populoaire dins ch’tans-lo : unne évolucion d’ech gotike qui atind chl’apogèe d’el finnesse : ch’gotike flamboéïant.

In 1485, Guilleume Pontifs, chl’évèke ed Rouen dins ch’tans-lo, i vut foaire batir unne eute tour d’echl’eute cotè à l’fachade por foaire unne simétrie. O raconte eq por batir el tour, ches prètes is ont proposè d’ches indulginches à ches fidèles conte quoé is puvoétte minger d’ech beure pindant ch’Carème. Adon ches fidèles is ont donnè à chl’Église pi l’paroéche d’el catédrale al o ieu assez d’ergint por foaire el tour. Ch’est l’roaison porquoé qu’el tour a s’lonme « tour ed beure ». Chole tour a sro batite dins un tans cortessime : 20 ains. Sin stile, gotike flamboéïant fort cartchè, est terminnè par unne couronne octogonnale por quoé in o foait byin d’ches noéses à chl’époke : i n’in avoét is vouloétte un clotcher pointu, pi d’eutes qui vouloétte unne couronne. Finalmint, ch’est ch’projet d’couronne qu’o gaingnè. Por foaire ech darin étache avuc el couronne, i n’y avoét pus qu’ 9 ouvriers qu’ouvroétte.

Vue d’Rouen, in 1525, par Jacques Le Lieur dins sin Live ed ches Fontainnes.

Echl’arkitecte qu’o kminchè l’tour d’beure ch’étoét Jacques Le Roux pi ch’est sin nveu Roulland Le Roux qui l’o finite. Roulland Le Roux il o itou rfoait toute el fachade à l’catédrale qu’est don in stile gotike flamboéïant fort fin pi rvoéïabe.

In 1540, in ajoute un étage à l’tour-lanterne, ch’est l’tour qu’est à ch’croézmint d’el nef pi d’ches transepts. Ech projet iniciau ch’est d’foaire unne flèke in pière, moais conme ch’est trop lord por ch’batimint o n’fro qu’unne flèke in boés dseur. Chole flèke in boés a vo asir à cause à l’foude pusiurs foés.

Ches troés grands tombieus à l’capèle à l’Vierche[éditer | modifier ech wikicode]

Dins l’capèle à l’Vierche, troés grandes tombes sont batites à ch’XVe pi XVIe sièkes. Choles troés tombes sont troés majeurs monnumints qui sont itou ches témoins d’echl’évolucion artistike in moins d’un sièke in Europe. El prunmière grande tombe ch’est chole à Pierre de Brézé, mort in 1465, El tombe al o ‘tè foaite in 1468. El tombe ch’est unne grande niche ed dintèle ed pière in gotike flamboéïant tipike d’el fin d’ech Moéyin age. Insuite in 1507, Roulland Le Roux (qu’avoét djo rfoait l’fachade à l’catédrale pi aidiè sn’onke à foaire el tour ed beure) foait unne magestrale tombe por ech cardinal Jorge Ie d’Amboése. Chole tombe est fort heute pi al o granmint d’détals, al o foaite dins un stile difrint, un stile qu’ech cardinal il o ramnè d’Italie avuc pindant ches campannes militoaires à ch’Roé Louis XII : ch’est l’prunmière Ernaiçanche dite « italienne ». El tombe al est foaite in marbe qu’o itou ‘tè importè d’Italie. El tierce tombe ch’est chole à Louis de Brézé, ch’ptiot-fiu à Pierre, qu’o moéru in 1540. Ès tombe al o in stile fort classike avuc ed ches réfrinches à chl’antike Grèche. Ch’est un stile qui vo dvenir conmun in Europe insuite, ch’est ch’stile tipike d’echl’Ernaiçanche.

Ches dgères d’erligions pi ches canjmints ddins[éditer | modifier ech wikicode]

In 1562, d’ches Hudjnots protestants is prindtte el vile ed Rouen. Is rint’tte dins l’catédrale pi l’sacajtte. El pupart ed ches estatues ales sont décapitèes pi ches tombieus à ches évèkes sont profannès. Ches armèes à Henri IV ales vont mète fin à chole révolte pi l’catédrale est rindute à ch’tchulte catolike.

À ch’XVIIIe sièke, granmint d’canjmints is vont ète foaits ddins d’el catédrale. In éfet, dins granmints d’églises pi d’catédrales ed Franche, o détruits ches jubès pi ch’keur il est overt, ch’est-à-savoér eq ches fidèles is puvtte vir ch’keur.

In éfet, avant ch’Conchile ed Trinte à ch’XVIe sièke, ch’keur à ches églises il étoét souvint frunmè par un jubè dins l’croésèe d’ches transepts pi d’ches grands pannieus in pière intour ech keur. Pindant l’messe, chl’omélie a n’étoét mie point dite edseur unne caire conme innui moais ch’prète i lo disoét dseur ch’jubè qu’avoét un passache edseur pi unne porte in-dsous por loaissier passer l’prochession à l’fin pi à ch’kminchmint d’ches messe

Aprés ch’Conchile ed Trinte, ches églises vont ères overtes pi ches laïcs is vont puvoér vir cha qui s’passe eddins ch’keur pindant ches messes (avant cha, ches fidèles is intindoétte pi is cantoétte, is vnoétte por acouter ches sermons moais is n’puvoétte mie vir vraimint cha qui s’passoét dins ch’keur, ches prètes is fzoétte el conmunnion inte eus car à chl’époke ches laïcs is n’prindoétte el conmunnion qu’unne foés par ain à ches Paques). Ches cannoinnes ed Rouen is n’étoét mie favorabes à ch’canjmint, pi chole atitude a vo perdurer dusqu’in 1715 doù qu’o détruit ch’viu jubè d’ech XVe sièke. Portant, o n’vo mie loaissier l’croésèe sins jubè, un nouvieu jubè classike est rbati, i n’sro détruit qu’in 1882 moais in put coér vir deus colonnes dins unne capèle dins l’catédrale. À cause ed cha, el paroéche d’el catédrale a vo warder l’réputacion d’ète fort conservateuse durant longtans.

Ech XIXe sièke : el flèke pi ches rconstruccions[éditer | modifier ech wikicode]

El flèke qu’asit in 1822

El flèke in bos ercoverte ed pannes d’el catédrale a vo asir in 1822 quant el foude a vo li tchèr edseur. O vo prinde el déchision d’erconstruire unne nouvèle flèke moais in métal, ch’étoét un nouvieu matériau qu’o n’puvoét mie user conme cha avant. El nouvèle flèke al est finite in 1879 pi ch’est l’pus heute flèke ed Franche avuc 151 mètes d’heuteur.

Notes[éditer | modifier ech wikicode]

  1. Carment-Lanfry et Le Maho 2010, p. 312.