Marie

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marie (in araméin ܡܪܝܡ, Maryam ; in ébreu Myriam ; in grec Μαρία, María ; in arabe مريم, Maryam), file juive ed Judée, al est l’mère ed Jésus-Crisse. Èsn’istoére al est racontèe dins ches Évangiles (seurtout chti-lo à Luc) dins ch’Nouvieu Testamint à l’Bibe.

Ches Églises catolike pi ortodoxe acordtte unne plache importante à Marie, qu'is apèltte Marie d’Nazarèt, el Sainte Vierge, el Vierge Marie, Nou-Danme obin Note-Danme (pus souvintefoés amon ches catolikes qui parltte frinsé), el Madone (amon ches catolikes italiens) obin Mère Diu (amon ches ortodoxes conme amon ches catolikes).

El Vierge in oroaison, per Jean Bourdichon (1510).
El Vierge ed Grache à Clermont-Ferrand.

L’Annonchacion[éditer | modifier le wikicode]

Marie aparoait dins l’Sainte Écriture à « chl’Annonchacion dans Lu 1, quanque echl’Ainge Gabriel il est invoéïè per Diu « à unne joinne File ed Nazarèt » qu’est Marie por li anoncher qu’al o ‘tè « bénite inte tous ches fanmes » per Diu pi qu’a vo infanter un fiu : Jésus. Ès réponse ch’est « qu’i me soéche foait slon S’Parole », unne réponses eq Saint Thomas d’Aquin il o décrit conme « el pus perfoaite réponse ».

Teske de Lu 1,26-38 :

Anonchacion à Marie
Ech sisième moés, chl’ainge Gabriel il o ‘tè invoéïè par Diu dins unne vile ed Galilèe lonmèe Nazarèt, à unne joinne file vierge donnèe in mariage à un onme d’el moaison David pi qui s’lonmoét Josèf, pi l’joinne file a s’aploét Marie. Echl’ainge il o rintrè amon ale pi il o dit : « Ej té di bonjor, ti plingne ed grache, ch’Singneur Il est avuc ti ! »
À chole parole al étoét toute ébeubite, pi a s’dmandoét chou qu’vouloét dire chole salutacion. Adon, chl’ainge i li o dit : « N’euche point paeur Marie, raport eq tu vos conchuvoér pi avoér un éfant, tu li doros ch’nom Jésus, i sro grand pi i sro lonmè Fiu à ch’Terheut. Ech Singneur I li baro ch’tronne David sin Père pi i règnro por toudis dseur el moaison David sin Père, pi sin règne i n’éro mie d’fin ».
Marie al o dit à chl’ainge : « Kmint qu’cha s’fro, raport eq j’èn connoé point d’onme ? »
Echl’ainge i li o répondu : « Ech Saint-Esprit i vo vnir edseur ti pi ch’puvoér à ch’Terheut i t’prindro dsous sn’ombe ; ch’est porquoé chti-lo qui vo naite i sro aplè Fiu-Diu. Pi coér, dins s’viuzrie, t’cousinne Élizabèt al o conchu un fiu itou, pi a nin est à sin sisième moés, alors qu’o disoét d’ale qu’a n’puvoét mie avoér d’éfants. Ch’est raport eq Diu I put tout foaire ».
Adon, Marie al o dit : « Ej su l’servante à ch’Singneur, qu’tout m’soéche foait slon S’Parole ».