Enguerrand d'Oisy

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Enguerrand d'Oisy o Engerrans li Clers d'Oisi ( XIIIe sièke ) ch'est un trouvoère

Il o écrit ch' fabliau « Dou maunier de Aleus » ( Ech magneu d' Arleux ) aveuc 414 vers octosyllabikes.

Dou maunier de Aleus (estraits)[éditer | modifier ech wikicode]

vers 1 à 6 :

Qui se melle de biaus dis dire
Ne doit commenchier a mesdire,
Mais de biaus dis dire et conter.
Dès or vos vaurai raconter
Une aventure ke je sai,
Car plus celer ne le vaurai.

Ch' magneu Jacquemart habite à Palluel (Palluéz), mais sin molin est à Aleus (Arleux) . Eune jonne fille, Marie, du village d' Estrées, apporte du blé à ch' molin. Al plait à ch' magneu et pi à Mousset ch' garchon du molin. Jacquemart amène Marie pour passer el nuit à s'moaison in disant à s'feume éq ch'est eune cousine.

vers 31 à 39
Il a molt blé chi devant vous
Que doivent maure devent vous;
Mais vous morrés qant jou porrai
Et si n’en soiés en esmai,
Car se il puet , et vespres vient,
Je vous ostelerai molt bien
A ma maison à Paluiel.
Sachiés k’à ma’feme en ert biel
Car jou dirai k’estes ma nièche.

Jacquemart dit à s' feume qu'i artourne à ch'molin mais i veut aler dins ch' lit à Marie. Marie raconte à l' feume du magneu éq Jacquemart n'va poin à ch'molin.

vers 158 à 167 : L' feume va dins ch' lit à l' plache éd Marie.

« Or vous taisié , ma douce amie ,
Fait la dame, ki fu senée;
Vous en serés bien destornée,
Car vous girés ens en mon lit
En ma cambre tout enserit,
Et jou girai chi en cestui;
Se mes maris i vient encui,
Qu’il veulle gésir aveuc vous,
Trover m’i pora à estrous
Et soufferai chou k’i vaura. »
vers 174 à 180
Atant s'en entrent à la cambre,
U la pucele se coucha,
Et la dame se retorna ;
A l'uis s'en vint, si l'entr'ovi,
Puis est venue droit au lit
Qui fais estoit lès le fouier,
U la pucele dut chouchier.

Ch' magneu il a vindu à Mousset eune part éd es bonne fortune conte un couéchon. Jacquemart r'vient pi va dins ch' lit in croéyant treuver Marie. I n' réalise poin éq ch'est s' feume et pi apré i s'in va et

vers 254 à 257 : ch'est Mousset qui prind l' plache à Jacquemart dins ch' lit.

Atant en est Mousès tornés ,
Et vint au lit, si se despoulle;
Maintenant o la dame chouce.
.V. fois li fist en molt poi d’eure.

vers 291 à 317 : el feume raconte s' nuit à sin mari

Qant la dame perçut les a
Sachiés ke pas n’es bienvina ,
Le sien marit trestout avant;
Tost‘li a dit : « Ribaut puant,
.Xiiij . ans ai 0 vous estet;
Ains ne vous poc mais tel mener,
Ne tant acoler ne basier,
Servir à gré, ne solacier,
Que jà iffuse envaïe
.Ij . fois en une nuit entière.
Por la mescine euc voir ennuit ,
.X.fois u plus par grant déduit;
Cele m’a fait ceste bontet,
Oui vous cuidastes recovrer.
En mon lit le cochai, en non Dé!
Or avés-vous cangié le dé. »
Qant Jakemars l’ot et entent
Qu’il est wihos certainnement,
Saciés ke point ne l’abielist;
Et Mousès tout errant li dist :
« Sire, mon porciel me rendés;
Car tort et à pcchiet l’avés. »
« Qu’esse? diable! dit Jakemars;
Tu as ennuit entre les bras
De ma feme jut et fait ton biel,
Et tu viex r’avoir ton porchiel!
Saces que tu n’en r’auras mie. »


Mousset va voèr ch' bailli d' Oisi pour récupérer sin couéchon. Ech bailli s'adjuge ch' couéchon car si l'un l'a perdu, l'aute i n' l'a poin gaingné.


Ech trouvoère termine ch' fabliau conme cho :

vers 403 à 413
Engerrans li clers, ki d'Oisi
A esté et nés et nori,
Ne vaüt ke tele aventure
Fust ne perie ne perdue ;
Si le nous a mis en escrit,
Et vous annonce bien et dist
Conques ne vous prenge talens
De faire honte à bones gens.
Qui s'en garde , il fait ke sage,
Et Dius le nous meche en corage
A faire bien, le mal laissier.
Chi faut li ronmans del Maunier.

Bibliografie[éditer | modifier ech wikicode]

  • Manuscrits = Paris, Bibliothèque nationale de France (BNF), français, 1553, f. 506rb-508rb | DVIIrb-DIXrb


  •  Roman du meunier d'Arleux, in vers, du XIIIe sièke, pèr Enguerrand d'Oisy, publié pour l' prumière foés pèr Francisque Michel, Paris, Silvestre (Romans, lais, fabliaux, contes, moralités et miracles inédits des XIIe et XIIIe siècles, viii + 16 p. , (1833)
    • vir ech teske :
https://books.google.fr/books?id=BjVTAAAAcAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=true
https://play.google.com/books/reader?id=BjVTAAAAcAAJ&hl=fr&printsec=frontcover&source=gbs_atb&pg=GBS.PP1
https://archive.org/details/romandumeunierd01michgoog/page/n22

Sources[éditer | modifier ech wikicode]

vir : https://play.google.com/books/reader?id=BmMaAQAAMAAJ&hl=fr&printsec=frontcover&source=gbs_atb&pg=GBS.PA198
Réimpr.: Nendeln, Kraus Reprint, (1971).

vir étou[éditer | modifier ech wikicode]