Sertchu

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher


[[su rouge fond, un-ne croéx d'argint in seutoé aveuc quate ormèles ed minme dins chés cuins.|Détail]]49° 41′ 11″ N 1° 52′ 18″ E / 49.6863888889, 1.87166666667

Sertchu
Armoiries
[[su rouge fond, un-ne croéx d'argint in seutoé aveuc quate ormèles ed minme dins chés cuins.|Détail]]
Poéis
drapeau de la France
     Franche
Région Picardie
Départmint Oése
Rondichmint Bieuvais
Cainton Grandviyé
Code Insee 60604
Code postal 60210
Maire
 
Xavier Boulnois
2008-2014
Intarconmeunalité Conmeunautè d’conmeunes
d'el Vèrde Picardie
Coordonnées
jourgrafiques
49° 41′ 11″ Nord
       1° 52′ 18″ Est
/ 49.6863888889, 1.87166666667
49° 41′ 11″ N 1° 52′ 18″ E / 49.6863888889, 1.87166666667
Altitudes moyenne : 200 m
minimale : 163 m
maximale : 214 m
Supérfichie 13,04 km² (1 304 ha)
Populachon sins
doubes contes
264 gins
(2007)
Dinchité 19 gins/km²
Carte de localisation de Sertchu

Sertchu (Sarcus in françoés) ch’est un-ne conmeune picarde dech départmint d'l'Oése, din l’région Picardie ou Picardiye.

.

Aménistrachon[éditer | modifier le wikicode]

Ch'maire 

2001 – 2014 = Xavier Boulnois


Héraldique[éditer | modifier le wikicode]

ormoérries d'Sertchu

De gueules au sautoir d’argent cantonné de quatre merlettes de même

Ormoérries : su rouge fond, un-ne croéx d'argint in seutoé aveuc quate ormèles ed minme dins chés cuins. Ch'blason lo i s'tient intre deux ainges pi il o un-ne couronne ed marquis in-heut. I peut s'vir tout intier su l'mairrie d'Sertchu pi ach catieu d'Bussy-Rabutin d'où qu'el fanmille "de Sarcus" alle s'est installèe à l'fin dech 18e sièc [1].

Nombe ed gins[éditer | modifier le wikicode]

Évoluchon démografike
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007
197 274 272 200 212 260 264
Nombe r'tenu édpu 1962 : populachon sans doubes conptes


Ecrit in picard ed Sertchu par François Beauvy

Jourgraphie[éditer | modifier le wikicode]

Sertchu ch'est un tiot poéyi dech platieu picard, dins l'Oése, à chinq tchilomètes ed Grandvilliers pi à 34 tchilomètes in heut d'Bieuvais. I bordure ech départmint d'el Sonme. Grande conmeune ed 1304 hectares, ed tchulture pi itou d'élevage. Y o mie gramint d'bos, à part ech bos d'Cherisoé pi ch'bos Liétaux. Chés cortis pi chés herbages i sont tout à l'intour ed chés moésons. Pus loin, ch'est l'plainne aveuc quéques tiots boquets échamès. Ch'mitan d'Sertchu, l'plache dimpré d'l'église, il est à 201 métes au-dsu d'el mér. Dusqu'in 1950, y aveut douze mares conmeunales, mais inhnui, i n'in reste eq deux : "Ech Treu à Sabe" pi "l'Mare Manchonne". In-bos d'Sertchu cminche ech fond d'chés Voéssons. El yeuhète (ou l'source) ed Sertchu alle coule eq tous les dix ou douze ènnèyes. Alle o coulè pou l'darène foès tindi chés courts-jours ed 2000-2001 pi dusqu'à chés bieux-jours ed 2001. Alle o ènieuvè chés routes in partant dech fond d'El Bucaille pi d'Chés Calais, in passant insuite pa l'Viéfville. On dit ichi qu'à chaque foés qu'ech ruissieu d'chés Voéssons i rcoule à l'Viéfville, ch'est sine ed toutes sortes d'avintures politiqueuses in France ou din l'monne. I sannereut qu'cha soèche vrai... [2]

Ché hamieux pi chés écarts[éditer | modifier le wikicode]

Sertchu il o pusieurs hamieux pi écarts: El Basse-Bucaille, El Heute-Bucaille, El Keuchie (un beut), Chl Hamieu d'Grasse, Haleine (un beut), Hayon, Ch'Molin d'Sarnoés, Ch'Tiot-Sertchu, Ch'Molin-Taillefér (inhnui in ruène), El Viéfville (ech chimetiére), Ech Wallon.

Chés noms d'liux[éditer | modifier le wikicode]

I sont picards, mais il ont tè gramint récrit in françoés, surtout tindi ch'19e sièc. Minme in françoés su ch'papier, i s'ditte coére in picard in parlant. Pou Sertchu, on treuve Sarchus, Sarquius aux 12e pi 13e siècs, Cercu in 1517 pi coère apré su chés cartes, Sarcus-el-Grand avant l'Révolution. Ch'nom d'Sertchu i vient dech bos-latin "sarcophagus", luzet ou certcheuil [3]. Des "sarcophages" il ont tè rtreuvès, dins l'temps, ach chimetiére d'el Viéfville. Ch'prumier village ed Sertchu il éteut à l'Viéfville. Ch'est à tcheuse ed cho qu'i s'appéle conme ho (la vieille ville). Conme eutes noms d'liux picards y o Ch'Boquet Boitel (boquet = petit bois), Chés Cache-Marée (chasse-marée), El Cornaille (corbeau), El Corne (corne = sifflet, à cause du vent), El Cavée d'Hayon (cavée = creux, ancien lit de ruisseau), Chés Crétillères (crêtes, sommets), Ch'Fond des Alleux, Ch'Fond Berluquin, Ch'Fond sous l'Eau (fond = petit vallon, vallée), Ech Frévint (froid vent), Ch'Plant (plantation de pommiers et autres arbres fruitiers), Ch'Séhu (sureau), pi d'eutes...

Histoére[éditer | modifier le wikicode]

Histoére ed chés poéyisans pi artisans[éditer | modifier le wikicode]

Vérs chés 10e pi 11e siècs, chés poéyisans i s'rassann'te dimpré dech catieu-fort in bos qu'est jouquè su l'butte qu'on peut coère vir, inhnui, in-heut d'el Viéfville. Ech seigneur i touque edz impots in récoltes pi in bétes su chés élevages des poéyisans, mais in rtour i leu doèt protection conte tous chés malandrins pi coère pus in temps d'djiérre. A l'fin dech 12e sièc, un nouvieu catieu-fort in pierre l'est construit pus loin, in heut su ch'platieu qu'est devnu dpuis ch'mitan dech poéyi. Des tiotes moésons in bos pi in torchis, capronnèes d'chaume, i sont rbaties à l'intour par chés poéyisans.
Dré l'fin dech Moyen Age, pi pétète avant ch'est probabe, chés poéysans pi leus fanmes il ont deux métiers, chti d'tchultiver l'terre pi chti d'traveiller l'lainne. Pindint chés courts-jours, i peingn'te el lainne pi l'in font des serges. I tricot'te itou des queuches. Dusqu'au 17e sièc, i traveil'te à l'édjuille. Au 18e sièc, il ont leus métiers à tisser. Leu artisènat l'est arringè in moétrise pi corps ed métier in 1666. Ch'est conme cho dins tous chés invirons d'Grandvilliers. Chés Sertchussiens i vivte ed cheule fachon dusqu'ach mitan du 19e sièc. Des marchands acat'te leus serges por szé rvinde à Pèris pi pus loin [4].

Histoére ed chés quate catieux[éditer | modifier le wikicode]

Du 11e sièc à l'fin du 12e sièc, un catieu-fort tout un bos l'est su l'motte au-dsus d'el Viéfville, aveuc des fossés pi des rindés in cercieu tout autour. Cheule prumière fortification applèe "motte féodale" in françoès, l'est abindonnèe por un nouvieu catieu-fort in pierre pi un-ne nouvieule église un peu pus heut su ch'platieu [5]. Inteur 1520 pi 1525, ech catieu in pierre il est intiéremint rarringè dins chl estyle ed cheule époque, el Renaissance, par Jehan d'Sertchu (Jehan de Sarcus, né vers 1478). Chti-chi l'aveut tè aux cotès d'Françoès Ier tindi chés djiérres d'Italie. Louis XIII pi Louis XIV il ont tè rchus dins ch'suparbe catieu-lo. Mais l'fanmille "de Sarcus" alle o tchitté ch'poèyi à l'fin dech 18e sièc pou s'n aller ach catieu d'Bussy-Rabutin. Alle o tè rimplachèe à Sertchu par chés "Grasse". Malhéreusmint, in 1833-1834, ch'catieu Renaissance il est déberlatchè, broèyè tout intier par el volontè d'sin darin propriétaire, ech marquis d'Grasse. Ed chés vingt-deux grandes arcadures d'el cour d'honneur, sept a sront tout d'minme seuvèes. Inhnui, y in o quate à Pouilly (Oése) pi troés eutes à Nogint-su-Oése [6].
Au mitan dech 19e sièc, un nouvieu catieu l'est construit par el fanmille Boulnois. Tout in brique, aveuc des grands toéts d'ardoése, il est arroutè quéques dizainnes ed métes padvant chés solins dech vieux catieu. Sertchu l'o don ieu quate catieux in huit siècs ! Artisans pi poéyisans, houbrieux pi artisses obliès il ont apportè leu pierre à cheule longue histoère [7].
A fin d'el Prumière Djiérre mondiale, ech général Foch i reste dins ch'catieu d'Sertchu du 7 d'avri au 1er d'juin 1918. Esn état-major l'est mie dins ch'catieu mais dins l'propriété d'Mossieu Hémet, à quéques chintainnes ed mètes ed lo. "L'accord de Beauvais" il o donnè à Foch el "direction stratégique des opérations" su ch'front dech coté d'occident au 3 d'avri 1918 [8].

ech nouvieu catieu
mitan dech 19e sièc.

Ch'picard[éditer | modifier le wikicode]

Ch'picard il éteut coère gramint parlè (ou keusè) dusque dins lz ènnèyes 1960. Inhnui, l'est mie abindonnè mais ch'est putot quéques mots pi des tornures qui rest'te. On n'intind pus un-ne phrase tout intière in picard mais des mots picards par-chi par-lo dins un-ne phrase un françoès, téls eq min tiot (mon petit), tiot Untel (l'ami Untel), chés herbages (les prés), du hour (du houx), un borne (une borne), un poute (une poutre), un-ne noque (une gouttière), ch'boquillon (le bûcheron), botter (élaguer), un-ne babrèe (une tarte, un flan), roudrouiller (travailler en musardant), déwoèger (disjoindre), décraper (nettoyer), peut qu'manquer (de toutes façons), un rude bétail (une bête ou une personne pas facile), un-ne rude panche (un gros ventre), i nn'est ch' qu'i nn'est (c'est ainsi), nom dé zeu ou nom dé zo ! (juron).

Chés gueux glorieux d'Sertchu[éditer | modifier le wikicode]

Chés gins d'Sertchu i s'appélte chés Sertchussiens (les Sarcussiens). Mais pou chés gins des poéyis voésins, il ont un suplitchet (surnom, blason populaire). I sont applès "Chés gueux glorieux d'Sertchu". El picard "Glorieux" i veut dire "fiers" in françoés. Ch'est mie un défeut d'être glorieux dins l'sens d'avoér es fiértè, ch'est-à-dire esn honneur. Ech suplitchet lo i vient sans doute d'un-ne tiote jaloustè d'chés paroésses voésènes. Y aveut à Sertchu un catieu d'ernom, un notai roéyal, un rlai d'poste su l'route roéyal Bieuvais / Saint-Wary (Beauvais / Saint-Valéry-sur-Somme). Cheule route l'est un-ne viule voée romainne. Chés poéyisans pi chés artisans il alleute ed l'avant. Y aveut inviron neuf chints Sertchussiens dvant l'Révolution. In plus, ech clotcher d'l'église il éteut ch'pus heut pi cha donneut d'l'invieustè à chés eutes poéyis. I msure 42 métes ! Un-ne rude heuteur ! I s'voét d'fin loin. Il est à plache d'un eute pus tiot qu'un-ne waque d'ieuye pi un vint d'furiye il ont foèt tchère in 1606 (Réf. François Beauvy, Pékavi, Grandvilliers et Amiens, Eklitra, 1985). Sertchu il o ieu un-ne chorale ed canteuses pi d'canteus pi un-ne tiote troupe ed théyate edvant 1914. Dins lz ènnèyes 1920, chés joinnes gins i joueutte edz opérettes.

Chés monumints pi liux d'mémoére[éditer | modifier le wikicode]

Ll'église Saint-Pierre pi Saint-Paul
  • Ll'église Saint-Pierre pi Saint-Paul (XVIe sièc)
  • El capelle No-Danme d'El Viéfville
  • El croéx d'El Viéfville (XVIe sièc)
  • Ech catieu (XIXe sièc)
  • El mairrie-école (1910)
  • El fontainne Wanamaker (1935)
  • El férme dech Wallon (XVIIe sièc)
  • El Moéson d'Mossieu Hémet d'où qu'echl état-major à Foch i resteut in avri-mai 1918
  • Ch'monumint pi chés tombes à chés deux soldats feusillès pou ll'ampe in octobe 1916

Personnalitès loèyèes à l'conmeune[éditer | modifier le wikicode]

El fontainne Wanamaker
(1935)
  • Baron Louis Jacques François Boulnois, général dech Prumier Impire.
  • Louis Maximilien Gellée, né à Sertchu in 1798, mort à Bieuvais in 1854, "tchuré d'chés pauves" à Bieuvais, candidat à l'dépeutation in 1848. Il est interrè dins l'crypte de l'grande capelle dech chimetiére ed Bieuvais. Ch'monumint lo il o tè consruit espré pou li in 1856. Un-ne rue d'Bieuvais, dimpré d'el cathédrale, a porte sin nom.
  • Rodman Wanamaker (1863-1928), honme d'affoére améritchain d'Philadelphie, rédeu, protecteu d'chés arts, définseu d'chés Indiens, "citoéyin honoraire pi bienfaiteu d'el conmeune ed Sertchu". Il o poéyè l'mairrie-école inaugurèe in 1910, foét installer ieuye courante dins tout Sertchu. I vouleut conme cho montrer sn ainmour à s'fanme, née Henry. Alle aveut ses tayons par du coté d'sin père qu'éteute ed Sertchu. I rindeut in minme temps honneur à sin bieu-père devnu Améritchain mais né Sertchussien. Y o un-ne rue Wanamaker dins ch'poéyi pi un-ne fontainne aveuc sin nom, dreuchèe au 28 d'avri 1935 (Réf. Archives de l'Oise, série des dons et legs).


Tiote bibliographiye su Sertchu[éditer | modifier le wikicode]

La Dame blanche (El blanke dame) opéra-comique pèr Boieldieu jué à Sertchu (Oése) au 15 ed séctimbe 1929. Léone Vasseur qui jue La dame blanche ch'est l'mère à François Beauvy
  • A.-G. Houbigant, Notice sur le château de Sarcus tel qu'il devait être en 1550, Beauvais, dans Mémoires de la Société académique, tome IV, 1859, p. 158-220.
  • François Beauvy, Lexique picard de Sarcus, , Grandvilliers et Amiens, imp. Sinet, collection Eklitra, 1981, 64 p.

Dins d'eutes lives ed François Beauvy, il est tchestion d'Sertchu. O szé treuvarez dins chés référinches.

Chés 2 feusillés, oct. 1916, in line su internet[éditer | modifier le wikicode]

Référinches[éditer | modifier le wikicode]

  1. "Généalogie de Sarcus depuis le 13e siècle", dans Notice historique et descriptive sur le château de Bussy-Rabutin, Dijon, imp. Tricault, 1854, p. 20-26
  2. François Beauvy, Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis, Eklitra, Amiens, 1990, p. 262
  3. Emile Lambert, Toponymie du département de l'Oise, Musée de Picardie, Amiens, 1963, p. 178
  4. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Grandvilliers, Beauvais, 1840
  5. Bernard Petit, "Fouilles de la motte féodale de Sarcus", dins Bulletin du GRECB n° 10 de 1988, p. 161-179
  6. Houbigant, Notice sur le château de Sarcus tel qu'il devait être en 1550, Beauvais, 1859
  7. François Beauvy, "Sarcus, ses châteaux et ses gueux glorieux", dins Le Bonhomme picard du 12 éd séctimbe 1991
  8. Maréchal Foch, Mémoires pour servir à l'histoire de la Guerre de 1914-1918, Paris, Lib. Plon, tome second, p. 38 et suivantes: "L'accord de Beauvais" , 1923.

Loyens intarnètes[éditer | modifier le wikicode]