Saint-Quintin

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher
Saint Kintin ou Saint Quintin
ch' mértyre éd saint Kintin, (manuscrit du XIV° sièke)

Quintin ch'est un apote romain. Ach III° sièke, il étoait vnu in Gaule aveuc Lucien ( mértyr à Bieuvais) pour l’évingéliser. Ach t'époque-lo chés impéreus romains ch'éteute Dioclétien pi Maximien.

reliquaire aveuc l'main éd saint Quintin (basilique éd Saint-Kintin).
reliquaire aveuc ch'cabu éd saint Quintin (basilique d'Saint-Quintin).

Quintin il étoait à Anmien pou précher. Rictiovarus ch'préfé romain i l'foait torturer pi i vut l'mener à Reims, el capitale del Gaule bergike, por l’ juger. In kmin, din eune vile lonmée Augusta Viromanduorum (d'vnue Saint-Quintin), Quintin, i s'seuve pi i rcminche à précher. Rictiovarus el foait décapiter.

Chinquante-chonc ans apreu, Eusébie, eune riche aveugle romaine vient à Augusta Viromanduorum pou értreuver l'dépouille éd Quintin. Ech corps pi l'téte dech mértyr sorte'te d'chés ieus. Eusébie voloait méte in tére Quintin à Vermand, mais chés beus l'trinsportant is sont arrétés preu d’Augusta Viromanduorum. Pou Eusébie ch'étoait un singne éd Diu et pi alle o foait eune kapèle ichi. Achteure ch'est el basilique del vile éd Saint-Kintin.


Saint Quintin ch'est ch'patron du Vérmindoé.


Iconografie[éditer | modifier le wikicode]



Notes pi référinches[éditer | modifier le wikicode]

  • Père Benjamin Bossue, "De S. Quintino martyre Augustae Viromanduorum in Gallia", Acta Sanctorum, Oct. t. XIII, 1883, p. 725-820.
  • Camille Jullian, "Notes gallo-romaines. C. Questions hagiographiques. Le cycle de Rictiovar", Revue des Études Anciennes, 25, 1923, p. 367-378.
  • Jean-Luc Villette, Hagiographie et culte d’un saint dans le haut Moyen Âge : saint Quentin, apôtre du Vermandois, VIe-XIe siècle. 2 vol, thèse de IIIe cycle, université de Paris X-Nanterre, 1982, 598 p.
  • Jean-Luc Villette, Passiones et inventiones S. Quintini, l’élaboration d’un corpus hagiographique du haut Moyen Âge, Vies de saints dans le Nord de la France (VIe- XIe siècles), Mélanges de science religieuse, t. 56, 1999, n°2, p. 49-76.

Loïens intarnètes[éditer | modifier le wikicode]