Cantilène éd Sainte Eulalie

Cha vient éd Wikipedia
Aler à: navigachon, tracher
Cantilène éd sainte Eulalie (in heut à gueuche)

El Cantilène ( ou Séquinche ) d’ sainte Eulalie est ch’ prumié teske poétique in langue d'oïl wardé din eune bibliotèque. Ch’teske est su ch’ vérso du feuillé 141 du manuscrit 150 del bibliotèque munichipale d’ Valinchienne.

Din ch’manuscrit in treuve :

  • des teskes in latin d’ saint Grégoére,
  • troés poémes in latin pi el Cantilène értérduite in roman ou proto-picard,
  • un poéme in langue tudésque ( ech Ludwigslied ).

El séquinche (ou poésie ritmique) étoait cantée pindint el liturgie grégorienne.

Ch’manuscrit o apértnu à l'abaïe d’ Saint-Amand-chés-Ieus (Nord).

Al fin dech XI° sièke, in o écrit au récto du feuillé 141 ène séquinche latine dédiée au tchulte éd Sainte-Eulalie d’ Mérida inspirée pèr l'himne par ch’ poéte Prudence (din ch’ Peristephanon - IV° sièke ).

In 880 ou 881, ch’poéme latin il o té értérduit in langue d’oïl su vérso du feuillé 141. Pou Maurice Delbouille, l'insimbe d’chés atours picards, walons pi campenoès din ch’poéme montre ène Scripta poétique romane conmune à chés troés donmènes lingwistiques, àl fin du IX° sièke.

Ch’teske-lo ch’est donc du "proto-picard". Chés mots diaule cose pi kose sont picards.

Ch'est un poéme d’ vint-nu vers.

Ch' poéme[éditer | modifier le wikicode]

Buona pulcella fut Eulalia.
Boinne puchelle fut Eulalie.
Bel auret corps bellezour anima.
Biau avoèt ech cors, bélote l’anme.
Voldrent la ueintre li d[õ] inimi.
Vouloètte l’éscofier chés énemis ed Diu,
Voldrent la faire diaule seruir.
Vouloètte la foaire ech Diaule servir.
Elle nont eskoltet les mals conselliers.
Elle n’acorte poin chés méchands consilliers
Quelle d[õ] raneiet chi maent sus en ciel.
qu’ale érnie Diu éq jouque din ech ciu.
Ne por or ned argent ne paramenz.
Ni pou or, ni érjint ni paremints,
Por manatce regiel ne preiement.
Pou émnace roèyale ni priére
Niule cose non la pouret omq[ue] pleier.
Nulle cose n’pouvoèt elle janmoais plier.
La polle sempre n[on] amast lo d[õ] menestier.
El jonne file tojours n’ainmoèt ech ministére éd Diu.
E por[ ]o fut p[re]sentede maximiien.
Pi pou cho fut présintée à Maximien,
Chi rex eret a cels dis soure pagiens.
Éq roé étoèt in chés jous-lo su chés payens.
Il[ ]li enortet dont lei nonq[ue] chielt.
I l’incourage mais n’li chaut poin,
Qued elle fuiet lo nom xp[ist]iien.
Qu’ale fuit ch’nom d’crétien.
Ellent adunet lo suon element
Ale rassimble es' forche,
Melz sostendreiet les empedementz.
Miu értiendroèt chés castennes.
Quelle p[er]desse sa uirginitet.
Qu’ale pérdoèt es' virginité.
Por[ ]os suret morte a grand honestet.
Pou cho fut morte in grainde honèteté.
Enz enl fou la getterent com arde tost.
Din ech fu j’toètte elle pou qu’al arde vite.
Elle colpes n[on] auret por[ ]o nos coist.
Ale n’avoèt unne coulpe, pou cho n’poin tchuire
A[ ]czo nos uoldret concreidre li rex pagiens.
Mais cho n’vouloèt poin concroère ech roé payen.
Ad une spede li roueret toilir lo chief.
Avuc unne épèe i kminde ed coper à elle ech chef.
La domnizelle celle kose n[on] contredist.
El demisiele chol cose-lo n’contérdit poin.
Volt lo seule lazsier si ruouet krist.
Vut ech sièke laicher, si kminde Crist.
In figure de colomb uolat a ciel.
In figure ed colombe vole au ciu.
Tuit oram que por[ ]nos degnet preier.
Tous implorons éq pou os daigne prier.
Qued auuisset de nos xr[istu]s mercit
Qu’aiche ed nos Crist mérchi
Post la mort & a[ ]lui nos laist uenir.
Apreu el mort et à li nos laiche vnir.
Par souue clementia.
Par es cléminche.

Loïens intarnètes[éditer | modifier le wikicode]

Bibliografie[éditer | modifier le wikicode]

  • D'Arco Silvio Avalle, Alle origini della letteratura francese: i Giuramenti di Strasburgo e la Sequenza di santa Eulalia, G.Giappichelli, Torino, 1966.
  • Marie-Pierre Dion La Cantilène de sainte Eulalie : actes du colloque de Valenciennes, 21 mars 1989, Bibliotèque munichipale d'Valinchiène, Lille, 1990.
  • Philippe Walter Naissances de la littérature française (IXe-XVe s.). , Grenoble, ELLUG, 1993.
  • Catalogue de l'exposition Rhin-Meuse, Cologne et Bruxelles, 1972
  • Maurice Delbouille Romanité d'oïl Les origines : la langue - les plus anciens textes in La Wallonie, le pays et les hommes , Tome I (Lettres, arts, culture), La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1977.
  • Roger Berger, Annette Brasseur , Les Séquences de Sainte Eulalie: Buona Pulcella Fut Eulalia , Publications romanes et Françaises - CCXXXIII , Droz, Genève , ISBN 2600008802 (2004) (vir books.google ) - O treuve ichi "Buona pulcella fut Eulalia", "Cantica uirginis Eulaliae", pi chés eutes poènmes du manuscrit 150 ed Valinchienne "Rithmus Teutonicus", Dominus caeli rex", "Uis fidei".


Notes[éditer | modifier le wikicode]