Cantilène Sainte Eulalie

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cantilène éd sainte Eulalie (in heut à gueuche)

El Cantilène (ou Séquinche) ed sainte Eulalie est ch'prunmier teske poétique in langue d'oïl wardé dins unne bibliotèque. Ech teske est su ch’vérso du feuillé 141 du manuscrit 150 d'el bibliotèque munichipale d’Valinchienne.

Dins ch’manuscrit in treuve :

  • des teskes in latin d’saint Grégoére,
  • troés poémes in latin pi l'Cantilène erterduite in roman ou proto-picard,
  • un poéme in langue tudésque ( ech Ludwigslied ).

El séquinche (ou poésie ritmique) étot cantée pindint l'liturgie grégorienne.

Ech manuscrit il o apertnu à l'abaïe d’Saint-Amand-ches-Ieus (Nord).

A l'fin d'ech XI° sièke, in o écrit au récto du feuillé 141 unne séquinche latine dédiée au tchulte ed Sainte-Eulalie d’Mérida inspirée per l'imne per ch’poéte Prudence (dins ch’Peristephanon - IV° sièke).

In 880 ou 881, ch’poéme latin il o 'té erterduit in langue d’oïl su vérso du feuillé 141. Pou Maurice Delbouille, l'insimbe ed ches atours picards, walons pi campnoès din ch’poéme montre unne Scripta poétique romanne conmune à ches troés donmènes lingwistiques, à l'fin du IX° sièke.

Ech teske-lo ch’est donc du "proto-picard". Ches mots diaule, cose pi kose sont picards.

Ch'est un poéme d’vint-nu vers.

Ech teske[éditer | modifier ech wikicode]

Version d'ech teske originnale avuc erterduccion in picard d'ech sud (Anmyin), in picard d'ech nord (chtimi) pi in walon :

El Cantilène Sainte-Eulalie

Buona pulcella fut Eulalia.
Boinne puchèle o 'tè (fut) Eulalie
Bonne puchèle a 'té (fut) Eulalie.
Bone pucèle a sti Eulalie
Bel auret corps bellezour anima.
Bieu avoét ch'cors, coér pus bèle echl'anme.
Biau avot ch'cors, cor pus bièle l’anme.
Bia aveût l’ coirs, co pus bèle l’åme
Voldrent la ueintre li Dõ (Domini) inimi.
Vouloétte l'escofier (èl vinke) ches anemins Diu
Voulotte l’escofier (èl vinke) ches énmis à Dieu
Voulînt l’ voinke les ènmis Diu
Voldrent la faire diaule seruir.
Vouloétte èl foaire ech Diaule (oubin Diale, Diabe) servir
Voulotte èl faire ech Diale (obin Diabe, Diale) servir.
Voulînt l' fé siervi l' Diâle
Elle no'nt eskoltet les mals conselliers.
A n'in acoute mie ches mawais conseilliers
Ale n’in acorte point ches méchands conseilliers
Èle n’ end ascoûte nin les métchants consiyîs
Quelle Dõ (Dominum) raneiet chi maent sus en ciel.
Qu'a rnie Diu qui jouke dins ch'ciu
Qu’ale ernie Dieu qui jouke dins ch'cieu.
K’ èle r’noye Diu ki dimeûre dissu e ciel
Ne por or ned argent ne paramenz.
Ni por or, ni ergint ni parmints
Ni pour or, ni argint ni parmints,
Ni po or ni liårds, ni poéremints,
Por manatce regiel ne preiement.
[Ni] por mnache roéïale ni proéïère
[Ni] pour emnace roïale ni prière
[Ni] po minåce roéyåle ni priyîre,
Niule cose non la pouret omq[ue] pleier.
Nule cose n'èl puvoét janmoais ploéïer
Nule cose n'èl puvot janmais ploïer
Nule cose ni l’ pouleût jamåy ployi
La polle sempre n[on] amast lo Dõ (Domini) menestier.
[Por qu']el joinne file a n’ainme mie janmoais pus ch'ménistère Diu.
[Pour qu']el jonne file ale n’ainme point janmais pus ch'ministére à Dieu.
[Po ki] l’ djonne fèye n’ ainmixhe nin pus måy li ministîre di Diu.
E por o fut p[re]sentede maximiien
Pi por cho al o 'tè présintèe à Maximien
Pi pour cho ale a 'té présintée à Maximien
Èt po çou èle a sti prezintèye a Maximyin
Chi rex eret a cels dis soure pagiens.
Qui roé étoét in ches jors (dis) edseur ches payins.
Qui rouo étot in ches jours (dis) su ches payins.
Ki êre li roé a ces djoûs (dis) so les payins.
Il li enortet dont lei nonq[ue] chielt
I l'incorage moais n'li keut [importe] point
I l’incourage mais n’li caut [importe] point
I l’egzoirte més lèye ni vout nin
Qued elle fuiet lo nom xp[ist]iien.
Qu'a fuiyiche ech nom ed crétien.
Qu’ale fuiyiche ech nom ed crétien.
K’ èle rfuze li nom di crétyin.
Elle'nt adunet lo suon element,
A nin rtcheuille ès forche
Ale in rkeuille ès forche,
Èle é rprind ses foices,
Melz sostendreiet les empedementz
A seutaroét (suportroét) mius ches impèchmints (tortures oubin castinnes)
Ale soutarot (suportrot) mieus ches impèchmints (tortures obin castinnes)
Èle sotinreût mieûs les toirtures
Quelle p[er]desse sa uirginitet ;
[Putot] qu’a perdiche ès virginntè ;
[Putot] qu’ale perdiche ès virginnté ;
[Putot] ki pierde sa vierginité ;
Por o's furet morte a grand honestet.
Pour cho a moériroét (sroét morte) in grande onnèttè.
Por cho ale morirot (sèrot morte) in grinde onnètté.
Po çou èle morireût (sèreût moirte) e grand onnètté
Enz enl fou la getterent com arde tost.
Adon dins ch'fu is l'ont jtèe por qu’al asiche tot (rade, vitmint).
Adon dins ch'feu i l'ont jtée pour qu’ale asiche biétot (tot, rade, vitmint).
Adon-puis i l’ ont tapèye el feû po k’ èle broûle råde.
Elle colpes n[on] auret por o no's coist.
A n’avoét mie d'keupe (tchulpabiltè), por cho a n's'o point tchuit.
Ale n’avot point d'cope (culpabiltè), pour cho ale èn s'a point cuit.
Èle n’ aveût nin di pétchi, po çou èle n’ a nin cût.
A[ ]czo nos uoldret concreidre li rex pagiens ;
Moais à cho n'vouloét mie concroére (croére) ech roé payin ;
Mais à cho n'voulot mie concrore (crore obin crouore) ech rouo payin ;
Més a çou n’ vouleût nin concreûre (creûre) li roé payin ;
Ad une spede li roueret toilir lo chief.
Avuc (à) unne épèe i kmande ed li keuper ch'chef.
Aveuc (à) unne épée i kminde ed li coper ch'chef.
Avou (a) one spèye i comande di lî côper l’ tiesse.
La domnizelle celle kose n[on] contredist,
El dmisèle chole cose èn conterdit mie,
El dmisièle chèle cose èn conterdit point,
Li damzièle cisse cose n’ conterdît nin,
Volt lo seule lazsier si ruouet krist.
[A] vut ch'sièke loaissier (tchiter ch'monne-chi), conme kmande ech Crist.
[A] veut ch'sièke laichier (partir d'ech monte-chi), conme kminde ech Crist.
[Èle] vout lèyi ç’ monde, come dimande li Crisse.
In figure de colomb uolat a ciel.
In fidjure ed colombe al o volè à ch'ciu.
In figure ed colomme ale a volé à ch'cieu.
E fidjure di colombe èle s’ evole å ciel.
Tuit oram que por nos degnet preier.
Tertous implorons qu'por nos a daingne proéïer.
Tertous implorons qu'pour nos ale dainne proïer.
Tertos priyans ki po nos èle dinne proyi
Qued auuisset de nos xr[istu]s mercit
Qu’euche ed nos Crist merchi (miséricorde)
Qu’euche ed nos Crist merchi (miséricorde)
Ki l’ Crisse il åye merci (pitié) di nos
Post la mort & a lui nos laist uenir
Aprés l'mort pi à li nos loaisse vnir
Apreus l'mort et à li nos laiche vnir
Apreûs l’ moirt, èt a lî nos lèyixhe vini
Par souue clementia.
Par ès cléminche.
Per ès cléminche.
Pe si climinxhe.

Loïens intarnètes[éditer | modifier ech wikicode]

Bibliografie[éditer | modifier ech wikicode]

  • D'Arco Silvio Avalle, Alle origini della letteratura francese: i Giuramenti di Strasburgo e la Sequenza di santa Eulalia, G.Giappichelli, Torino, 1966.
  • Marie-Pierre Dion La Cantilène de sainte Eulalie : actes du colloque de Valenciennes, 21 mars 1989, Bibliotèque munichipale d'Valinchiène, Lille, 1990.
  • Philippe Walter Naissances de la littérature française (IXe-XVe s.). , Grenoble, ELLUG, 1993.
  • Catalogue de l'exposition Rhin-Meuse, Cologne et Bruxelles, 1972
  • Maurice Delbouille Romanité d'oïl Les origines : la langue - les plus anciens textes in La Wallonie, le pays et les hommes , Tome I (Lettres, arts, culture), La Renaissance du Livre, Bruxelles, 1977.
  • Roger Berger, Annette Brasseur , Les Séquences de Sainte Eulalie: Buona Pulcella Fut Eulalia , Publications romanes et Françaises - CCXXXIII , Droz, Genève , ISBN 2600008802 (2004) (vir books.google ) - O treuve ichi "Buona pulcella fut Eulalia", "Cantica uirginis Eulaliae", pi chés eutes poènmes du manuscrit 150 ed Valinchienne "Rithmus Teutonicus", Dominus caeli rex", "Uis fidei".


Notes[éditer | modifier ech wikicode]