Li estoires de chiaus qui conquisent Coustantinoble

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Li estoires de chiaus qui conquisent la Coustantinoble (Echl'istoére ed cheus qu'is ont contchéri Coustantinnope) ch'est un réchit écrit in viu picard pau cvalier croésè Robert ed Clari qui vnoét d'Parnou dins l'Sonme. Dins chu réchit, i raconte ches aüres d'el Quatrième Croésade pi l'Contchète Coustantinnope in 1204.

Estroait[éditer | modifier le wikicode]

« Quant li conte et li homme croisié oïrent chou que li dux avoit dist, si furent moult dolent et moult esmari; si refisent une autre cueilloite, et enprunterent tant de deniers comme il peurent à chiaus qu'il quidoient qui en eussent; si les paierentas Veniciens, et quant il les eurent paiés, si demorerent encore à paier xxxvj.m. mars, et si leur disent qu'il estoient maubailli, et que l'os estoit moult apovriié de chele cueilloite qu'il avoient fait, et qu'il ne pooient plus pourcachier de deniers qu'il leur paiaissent, ains en avoient assez povrement à leur ost maintenir. Quant li dux vit qu'il ne pooient mie tous les deniers paier, ains en estoient moult à malaise, si parla à se gent, et si leur dist: «Seigneur, (fist-il), se nous laissons aler ches gens en leur païs, nous serons mais tous jours tenu pour malvais et pour trikeeur, mais alons dusques à aus, et si leur disons que, s'il nous veulent rendre ches xxxvj.m. mars que il nous doivent, des premeraines conquestes qu'il feront et qu'il aront à leur partie, que nous les mesrons outre mer.» Li Venicien s'acorderent bien à chou que li dux avoit dit; dont si alerent as pelerins là où il s'estoient logié; si comme il furent là venu, si leur dist li dux: «Seigneur, (fist-il), nous avons pris consel entre mi et me gent en tele maniere que, se vous nous voles creanter loiaument que vous nous paieres ches xxxvj. m. mars que vous nous deves, à le premeraine conqueste que vous feres de vo partie, nous vous mesrons outre mer». Quant li croisié oïrent chou que li dux leur avoit dit et monstré, si en furent moult lié, et se li cairent as piés de goie, et se li creanterent loiaument qu'il feroient moult volentiers chou que li dux avoit devisé. Si fisent si grant goie le nuit, qu'il n'i eut si povre qui ne fesist grant luminaire, et portoient enson les lanches grans torkes de candeilles, entor leur loges et par dedens, que che sanloit que toute l'os fust esprise. »   (Capite XII)

Loéyins esternes[éditer | modifier le wikicode]

  • Ech teske complet in viu picard : [1]