Surpitchet

Cha vient éd Wikipedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un surpitchet ch'est un blason populoére picard. In dit étou nom j'té.
Ch'surplitchet l'est donné pèr chés gins des poéyis voésins.

pèr égzimpe

Ainne[éditer | modifier ech wikicode]

Ainne [1],[2]
Élmé
  • "Lés récappés d'Élmé".
Soissons
  • "Chés béyeus d'Soissons".
Urchon
  • Chés guérnouillers d'Urchon.

Bergike[éditer | modifier ech wikicode]

Hénau (Bergike) [3]
Chevri
  • Chés gâtes ed Chevi
Piérwé
  • Chés casseux d'Quinquets d'Piérwé (« les casseurs de lampes de Piérwé»)

Sonme[éditer | modifier ech wikicode]

Sonme
Anmien
  • Chés matcheus d'gueugues d'Anmien (o bin Maqueus d'gueugues).
Saint-Souillu
  • Chés Décatorneus d'harnu d'Saint-Souillu ;
  • Chés Leuwarous d'Saint-Souillu ;
  • Chés Mérchands d'tamis d'Saint-Souillu ;
  • Chés Rous d'Saint-Souillu (ichi ch'rou[4] ch'est un capuchin (liéve) ).
Villér-Bocage
  • Chés cots éde Villers
  • Chés beudelés éde Villers.
  • Chés bourgeois d'Adville (Advile)
  • Chés péqueux d'leune ed Bayonvillers (Les pêcheurs de lune de Bayonvili).
  • Chés adoreux d'teupe ed Cachy (Les adorateurs de taupes de Cachin).
  • Chés ahuris éd Candas (Les ahuris de L’Cando).
  • Chés guérnoules éd Cizancourtles grenouilles de Cizancourt »).
  • Chés Beudets éd Fransart (Les ânes de Fransart).
  • Chom metteux d'fu ou Chob bruleux d'catieu ( les metteurs de feu de Freuchéneville ) suite à l'incendie du catieu in 1906 lors d'une émeute
  • Chés boyeux rouges d'Hangard (les boyaux rouges d'Hangard)
  • Chés Carimaros d'Hangard (les sorciers, jeteurs de sorts)
  • Chés Farauds ed Laboissière (L'boéssière-in-Santérre)
  • Chés renfournés dé Lemotte (les casaniers de L’Motte-Brebière)
  • Chés boins enfants ed Lanches (Lanche-Saint-Hilaire)
  • Chés mayeule d'Mérs, mayeule est une plante - en français: chénopode blanc - de Mérs-chés-Bains).
  • Chés fius d’mouènes (Les enfants de moines de Saint-Fuschien)

Nord[éditer | modifier ech wikicode]

Nord
Lile
  • Lés bourjos d'Lille
  • Chés grosses tiêtes d'Allennes (« les grosses têtes d'Allennes-les-Marais »).
  • Chés colpotreux d'Annœullin (ils transportaient les matières entre Provin et Sainghin).
  • Chés péteux d'Arleux : ville connue pour sa foire à l'ail.
  • Chés castroleux éd La Bassée (« les casseroles de La Bassée ») : censées sonner faux comme instrument, d'un mauvais calembours pour avoir dû se rendre plusieurs fois devant de nombreuses et différentes armées, las qu'ils étaient de leurs trop nombreux sièges.
  • Chés z'endormis d'Bazio (« les endormis de Bazuel »)
  • Chés fiers culs d'Bersée[5].
  • Chés comte d'Bouvignies : désigne les descendants de Baptiste du Comte dont la légende rapporte qu'il égara ses titres héraldiques au cours d'une bataille.
  • Chés boudaines éd coin [Bruille-lez-Marchiennes]
  • Chés sorciers éd Capelle.
  • Chés vint's d'osier éd Doï (« les ventres d'osier de Doï ») : allusion à chés « Gayants » foait in osier.
  • Chés baudets d'Estaires :
  • Chés frins galants d'Gondecourt (« les francs galants de Gondecourt »).
  • Chés magots d'La Gorgue (« les boucs de La Gorgue »).
  • Chés sots d'Herrin.
  • Chés zonneblusschers d'Hondschoote (« les éteigneurs de soleil d'Hondschoote ») : un guetteur, chargé de veiller aux incendies du haut du clocher, et sûrement ivre, a sonné le tocsin en voyant l'horizon s'allumer à l'est, au lever du soleil.
  • Chés burgeos d'Lille (« les bourgeois de Lille »).
  • Chés caous d'Merville (« les chats de Merville »).
  • Chés Mingeux d'pourions d'Moncheaux.
  • Chés pourchots d'Orchies (« les cochons d'Orchies ») : après qu'un incendie eut ravagé la ville, des collectes dans les villages voisins furent organisées « pour cheux d'Orchies », expression qui a donné par déformation « pourchots d'Orchies ».
  • Chés fauchés éd Pont-à-Marcq : les jeunes de la ville mettaient des clous rouillés dans leurs poches pour les faire passer pour des pièces de monnaie.
  • Chés mingeux d'parmint Provin ou chés minges parmint (« les mangeurs de parement ») : le parement est un mélange de farine et d'eau qui est un apprêt servant a la bonne tenue des pièces de tissus - pour plus de détails voir Provin).
  • Chés fraudeux et voleux (« les fraudeurs et les voleurs ») ( Sainghin-en-Weppes fut la plaque tournante de la fraude de tabac dans le Nord durant la Seconde Guerre mondiale; chés voleux, quant à eux, volaient la tourbe qui était taxée à l'époque où le charbon n'était pas encore exploité).
  • Chés bafious éd Saint-Benin.
  • Chés loquebeaux éd S'clin : ch'est l' pus anchien nom j'té, i vient d'el surprise d' Louis XI in visite à Seclin, il a dit Dieu que vous avez de bielles loques (beaux habits), expression que reprirent leurs voisins Gondecourtois pour les faire gentiment enrager.
  • Chés sots d'Templeuve.
  • Chés brouteus éd Tourco (« les brouetteurs de Tourcoing ») : édpuis ch' Moéyin Âge, chés poaysans tourquennoés is alloaitte unne foés pèr moés vindre leu laine à ch' mérchè Lille et pi i l' transportoaittent in brouette.
  • Chés copés in deus d'Wattrelos (« les coupés en deux de Wattrelos ») : conme « Marie cop'un deus », cha s' disoait quant ch' vint il étoait très froéd.


Oése[éditer | modifier ech wikicode]

Oése [6], [7]
Djincourt
  • "Chés Calinmichons d'Djincourt".
Sertchu
  • Chés gueux glorieux d'Sertchu. ( El picard "Glorieux" i veut dire "fiers" in françoés ).
Noéyon
  • Chés friands éd Noéyon


Pas-Calés[éditer | modifier ech wikicode]

Pas-d'Caleus [8]
Aro
  • Chés boïaux rouches d'Arro ( ch'est l'camisole éd rouche flanelle ).
Boulonne-su-mér
  • Chés maqueus d'breulles d'Boulonne
  • Chés baudets d'Hachicourt : ech saingneu Bauduin (dont ch'nom est voésin à « Baudet »), catelin d'Aro, à ch' XIIIe sièke, ch'étôt un mawais trouvoère. Il aroait tinté d' gaingner un concours poétike mais ses vers n'valoaitte qu'un bonnet d' baudet.
  • Chés niafs o chés gniafs d'Aigny (« les cordonniers d'Aigny »).
  • Chés boïaus rouches d'Aro (« les boyaux rouges d'Aro ») : cha vient d'el chinture éd rouche flanelle éq faisoait pusieurs foés ch' tour éd leu panche (dins ch' Nord al étoait blanke, in Catalogne, noére o bleue slon éq ch'étoaitte des épagnols o bin des franchoés).
  • Chés nanals d'Avesne-el-Comte.
  • Chés longs cotrons d'Bailleulmont (« les longues jupons de Bailleulmont ».
  • Chés hourlons d' Birle-Bos (« les hannetons de Birle-Bos »).
  • Chés gris d'Bérnevile.
  • Chés coccinelles d'Binvilèr-au-Bos.
  • Chés fricalés o chés frigalettes d'Ficheux (chés habitints is mingeoaitte du mo qu' est un plat pour chés paures.)
  • Chés mouviards d'Gaudiempré (« les merles de Gaudiempré »).
  • Chés mingeus d'maguette d'Givenchy-en-Gohelle (« les mangeurs de chèvre »). Givinchy-in-Gohelle
  • Chés paons d'Gouy (« les paons  »). Gouy-in-Artoé
  • Chés pucheus d'Meurchin (« les creuseurs de puits ») : Meurchin dit à puchs, pétète éq ch'étoaitte chés prumiers déheueus d' puits d' mine dins l' région ». Meurchin
  • Chés térips d'Monchy (« les terribles »). Monchy-ach-Bos
  • Chés léqueus d'plats (« les lécheurs de plats »). Pos-in-Artoé
  • Chés hirondelles d'Sarton.
  • Chés baudets éd Villers-ach-Bos : pindant l' Révolucion, faute éd candidats, ch'est un baudet qu' éroait coési ch' maire parmi chés consiliers munichipals.
  • Chés chés mieus d’tripes ed Metz-in-Culture : il y avoait gramint d' bûcherons qui minjoette des produits consistants conme des tripes.

Notes pi référinches[éditer | modifier ech wikicode]

  1. Ylliatud, Dictons et sobriquets populaires des départements de l'Aisne, Oise et Somme, Tugaut imp., Noyon (1887).
  2. Jean-Pierre Semblat, Dictionnaire des noms de lieux de l'Aisne, Archive & culture (2011)
  3. belgique-sud-surnoms-des-habitants.skynetblogs.be
  4. René Debrie, Lexique picard des parlers sud-amiénois, Éklitra XL, imp. Sinet, Grandvilliers (1980).
  5. Tourmignies Au fil du temps
  6. François Beauvy , Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis, coll. Éklitra - liméro LXIII, Imp. Mutualité agricole de l'Oise,(1990), ISBN 2-85706-020-3.
  7. Émile Lambert, Blason populaire dans l'Oise, in Bull Soc Archéologique de Creil, liméro 52-53 (1966).
  8. André Accart, Les sobriquets des habitants du Pas-de-Calais , les éditions Nord-Avril , 456 paches , ( 2006 ) (ISBN 2-915800-05-7)


dins chés lives-lo, il y o itou quèques blasons populoères:
  • Jean-Marie François , Histoères, contes et pi légindes d'éch poéyi picard , coll Souvenance, Vague verte éd. , Inval-Boiron (2006).
  • Pierre-Marie Gryson, Denise Poulet, Le chti pour les nuls, First éd. , Péris (2009)
  • Alain Dawson, Le Picard de poche, Assimil évasion (2003).

Loïens intarnètes[éditer | modifier ech wikicode]